AccueilSciences et technologiesTest Google Pixel Buds...

Test Google Pixel Buds Pro : des écouteurs true wireless complets, mais perfectibles

Après plusieurs essais dans l’univers des écouteurs sans-fil, ça y est, Google se jette enfin sérieusement dans la grande bataille des écouteurs true wireless haut de gamme avec ses Pixel Buds Pro. Ce modèle représente le meilleur du savoir-faire de Google en la matière et une réponse directe à tous les fleurons de ses rivaux directs (Samsung Galaxy Buds Pro, Huawei Freebuds Pro 2 ou encore, bien évidemment, les AirPods Pro d’Apple), ce qui se ressent évidemment sur la facture avec un prix de lancement de 219 €, soit plus du double des Pixel Buds A-series.

Les Pixel Buds Pro sont proposés en quatre coloris qui correspondent à ceux des derniers Pixel 6 et 6 Pro de Google. Notre modèle de test hérite du coloris blanc, l’un des plus discrets.

© Les Numériques

Pour tenir la dragée haute à ses concurrents, les Pixel Buds Pro se mettent à niveau et se dotent de l’incontournable fonctionnalité de réduction de bruit active, accompagnée d’un mode d’écoute “Transparence” (deux nouveautés pour le constructeur américain), et d’une flopée d’autres fonctionnalités pratiques. Le constructeur table évidemment sur la qualité des appels et aussi en matière de restitution sonore, annoncée comme “puissante, nuancée”, grâce aux deux haut-parleurs maison de 11 mm. Espérons que la maîtrise sera bien là, derrière cette avalanche de caractéristiques…

Les Pixel Buds Pro ont été testés en version “120+release_2.12_signed”.

Note de la rédaction: 4 sur 5

Fabrication & accessoires

La conception des Pixel Buds Pro ne fait pas dans l’extravagance et reste dans la lignée de ce que Google a pu proposer jusqu’alors. Les écouteurs haut de gamme de la marque américaine se matérialisent sous la forme d’une fève entièrement protégée par un châssis en plastique dont la conception semble assez simpliste, mais relativement robuste. Ils sont certifiés IPX4 et peuvent donc résister aux gouttes d’eau et devront bien évidemment être bien entretenu en cas de contact avec la sueur pour maximiser leur longévité.

Pixel Buds Pro

Les Pixel Buds Pro abandonnent le design très rond des précédents modèles pour une forme oblongue un peu plus massive, et laissent aussi derrière eux le stabilisateur intégré en caoutchouc.

© Les Numériques

Si elle est tout à fait correcte, la finition n’est en revanche pas irréprochable, notamment en raison de la marque d’assemblage assez disgracieuse qui attire l’attention lorsqu’on inspecte les écouteurs de près. On n’adresse cela dit que des louanges au boîtier de recharge des écouteurs, compact, pratique et ergonomique, et d’ailleurs très semblable à celui des Pixel Buds A-series.

Pixel Buds Pro

Le boîtier de transport des écouteurs jouit aussi d’une résistance accrue à l’eau avec une certification IPX2.

© Les Numériques

Pas de chichi en matière d’accessoires, Google s’autorise même l’économie d’un câble USB-C. Côté embouts, seules 3 paires en silicone accompagnent les écouteurs.

Note de la rédaction: 4 sur 5

Confort & maintien

Les Pixels Buds de Google se sont toujours montrés particulièrement confortables, et bien que le modèle “Pro” prend le risque de changer de design, le résultat n’en reste pas moins satisfaisant.

Ils sont en effet un poil plus massifs et très sensiblement plus lourds que leurs prédécesseurs. Néanmoins, ces écouteurs intra-auriculaires parviennent à se glisser naturellement dans le creux de l’oreille, sans provoquer de point d’appui ou d’intrusion trop marqués. Les personnes absolument gênées par le contact de l’intra-auriculaire auront évidemment quelques difficultés à véritablement apprécier le port de ces écouteurs, bien qu’on est ici assez loin de subir la sensation de pression de certains modèles similaires.

Le choix de la bonne taille d’embouts peut avoir grandement son importance ici : bien que l’isolation et le confort au niveau de l’entrée du conduit étaient assurés, nous avons dans notre cas dû opter pour une taille plus petite pour notre oreillette droite afin d’éviter que l’écouteur ne ressort...

Le choix de la bonne taille d’embouts peut avoir grandement son importance ici : bien que l’isolation et le confort au niveau de l’entrée du conduit étaient assurés, nous avons dans notre cas dû opter pour une taille plus petite pour notre oreillette droite afin d’éviter que l’écouteur ne ressorte trop et ne force au niveau de notre antitragus.

© Les Numériques

Même s’il n’est pas parfaitement transparent, le contact avec les écouteurs s’avère assez doux, ce qui permet de les porter sans mal pendant de longues sessions. On sent tout de même que ce changement de gabarit pourrait avoir une subtile mais notable conséquence pour les plus petites oreilles, qui seront très probablement moins bien loties — on aurait, en ce sens, aussi apprécié une paire d’embouts supplémentaire, plus petite.

Pixel Buds Pro

On doit admettre que l’on était assez dubitatifs sur la qualité du maintien avec la disparition des petites ailettes présentes sur les Pixel Buds/Buds A-series. Cela dit, le changement de design fait son office : l’écouteur prend doucement mais sûrement appui sur l’antitragus, l’anthélix et à l’entrée du conduit auditif, et parvient donc à rester en place même en mouvement. La sudation aura en revanche tendance à faire légèrement glisser les écouteurs, obligeant à d’occasionnels repositionnements.

Note de la rédaction: 5 sur 5

Expérience d’utilisation

Enrichis de nombreuses fonctionnalités bien pratiques, les Pixel Buds Pro s’avèrent on ne peut plus plaisants à utiliser au quotidien… en tous cas avec les smartphones Android.

Pixel Buds Pro

Comme sur de nombreux autres modèles, l’appairage Bluetooth s’enclenche via le petit bouton situé derrière le boîtier lorsque les écouteurs sont rangés. La connexion se fait de manière très classique via le menu de l’appareil source, ou peut être accélérée via la fonction Google Fast Pair sur Android.

© Les Numériques

La première prise en main des écouteurs se fait tout d’abord sans heurt, notamment avec le tutoriel de l’application compagnon “Pixel Buds”. L’interaction avec les Pixel Buds Pro est à l’avenant, chaque écouteur intègre une surface tactile sensitive pour accéder à tous les contrôles : gestion de la lecture, du volume d’écoute, des appels, du niveau d’isolation (passif, actif avec réduction de bruit, “Transparent”), navigation entre les pistes et déclenchement de l’assistant vocal. Ils embarquent aussi un capteur de port bien pratique — notamment pour l’arrêt/reprise de la lecture automatique — et de quelques indications sonores, certes non vocales, mais néanmoins pertinentes et agréables.

Pixel Buds Pro

Les terminaux sous Android sont nettement mieux lotis pour l’utilisation des écouteurs car ils sont les seuls à pouvoir débloquer la totalité des fonctionnalités offertes par ces Pixel Buds Pro : la très pratique fonction de connexion “multipoint”, qui permet de relier deux appareils sources simultanément, le “basculement audio” (pour basculer la connexion rapidement sur un autre appareil relié à un compte Google), mais aussi tout l’aspect personnalisable (commandes, son) et mise à jour. L’écart se creusera d’autant plus avec l’arrivée de deux fonctionnalités sonores annoncées pour l’automne 2022 via une mise à jour, à savoir l’égaliseur graphique 5 bandes et l’audio 3D avec suivi des mouvements de la tête.

Pixel Buds Pro

Comme tout bon produit Google qui se respecte, les Pixel Buds Pro affichent une compatibilité poussée avec Google Assistant, qui peut être déclenché directement avec le mot de réveil “Hey Google” et lire les notifications, entre autres. Il ne s’agit cela dit pas d’une exclusivité, nombre de modèles sur le marché en étant capables.

D’un certain côté, on peut se “réjouir” que Google n’ait pas fait d’excès de zèle en ne réservant pas toutes les fonctionnalités qu’aux seuls possesseurs de smartphones Google Pixel, ces derniers ayant simplement le droit à une intégration un peu plus intuitive sur l’interface de leurs terminaux. Cela dit, il est tout de même regrettable que l’expérience soit sérieusement tronquée avec les autres appareils, d’autant lorsqu’on sait que de nombreux autres écouteurs sur le marché offrent un support complet aussi bien sur Android qu’iOS.

Pixel Buds Pro

La gestuelle nécessaire pour contrôler le volume d’écoute peut être un peu déroutante au début (glisser le doigt vers la gauche ou la droite, au lieu de la faire vers le haut ou le bas), mais il suffit de quelques sessions pour s’y faire. Quoi qu’il en soit, les commandes se montrent fiables et réactives.

© Les Numériques

Note de la rédaction: 3 sur 5

Latence

La lignée des Google Pixel Buds n’a jamais été un modèle de gestion de la latence. Les Pixel Buds Pro accusent ainsi une latence particulièrement importante de l’ordre de 350 ms. Lorsqu’elle se répercute en décalage son/image — comme c’est le cas lorsque les écouteurs sont reliés à certaines sources, ou sur certaines applications mobiles, comme les jeux —, ce délai est extrêmement perceptible et gênant pour suivre confortablement son contenu.

Pixel Buds Pro

Mesure de la réponse impulsionnelle : latence de communication en Bluetooth.

© Les Numériques

Heureusement pour l’utilisateur, les Pixel Buds Pro bénéficient d’une compensation automatique de la latence sur les applications de streaming vidéo (Netflix, Amazon Prime, Disney+, YouTube…) qui ne l’efface pas totalement, mais qui permet de la passer sous un seuil nettement plus acceptable.

Note de la rédaction: 4 sur 5

Audio

Avec ses précédents écouteurs true wireless Pixel Buds, Google nous avait habitués à une philosophie sonore assez sage et polyvalente. Il semblerait bien qu’un changement de cap ait été décidé pour ces Pixel Buds Pro, qui optent pour une sonorité nettement plus colorée… et pas toujours des plus maîtrisées.

Pixel Buds Pro

Mesure de la réponse en fréquence des Pixel Buds Pro : la désactivation de la réduction de bruit active (en violet) s’accompagne d’une légère mise en avant supplémentaire des basses et bas-médiums. On préfère le meilleur équilibre offert lorsque cette fonctionnalité est enclenchée.

© Les Numériques

Les Pixel Buds Pro affichent une signature sonore en V franche, marquant une accentuation toute particulière sur la région des hauts médiums/aigus. Dans les grandes lignes, cette recette, d’ailleurs commune à beaucoup d’écouteurs true wireless du marché, a pour effet de flatter le rendu sonore de sorte à relever le côté énergique, claquant, tranchant de très nombreux instruments, la sensation de présence et de clarté, et dans le même temps l’impact et la profondeur des basses. L’effet recherché fait son effet et conserve une certaine cohérence, mais n’est pas de tout repos pour les oreilles.

Pixel Buds Pro

Mesure de la réactivité des membranes : ondes carrées à 50 Hz. Les attaques/impacts dans les plus basses fréquences sont suivies par un petit moment de flottement, délai nécessaire à la membrane du haut-parleur pour se stabiliser et revenir à son état stationnaire.

© Les Numériques

Pour ce qui est de ces basses justement, les Google Pixel Buds Pro proposent des basses généreuses, profondes et enveloppantes, sans pour autant forcer le trait. C’est d’ailleurs la toute la première région du spectre reproduite qui est traitée de la manière la plus réussie, avec une bonne homogénéité et un bel équilibre. On note tout de même une réactivité des haut-parleurs et donc une précision perfectible à ce niveau, qui donne parfois un petit côté “mou” aux basses et une lisibilité pas vraiment idéale (sur les attaques très rapides et rapprochées d’une large percussion, grosse caisse/tom basse, ou sur certaines lignes de basses/synthés). On peut l’entendre parfaitement sur la grosse de caisse du morceau A Whisp of the Atlantic de Soilwork (tout spécifiquement sur le passage entre 7’15″ et 7’48″) ou sur The Dark du groupe Thrice (après le second refrain par exemple) où le combo synthétiseur/basse/grosse caisse devient un peu trop massif et assez peu identifiable.

Pixel Buds Pro

Mesure de la réactivité des membranes : ondes carrées à 500 Hz

© Les Numériques

Ce point est loin d’être véritablement problématique et tient plus du détail, c’est en revanche moins le cas du traitement réservé à l’autre moitié du spectre reproduit, qui lui hérite d’une mise en avant trop prononcée, avec en prime une extension bien timide dans les plus hautes fréquences. Les titres cités en exemple mettent d’ailleurs parfaitement le doigt sur cette coloration trop franche — qui s’applique à tous les contenus reproduits par les écouteurs. L’énergie ajoutée a pour effet d’apporter une clarté intéressante, hissant la voix et de nombreux autres éléments sur le devant de la scène, tout en conservant convenablement les timbres. Cela se fait malheureusement au prix d’un aspect acide et métallique prononcé (sur les cymbales ou les guitares électriques, par exemple) rapidement éreintant surtout lorsqu’on pousse un minimum le volume d’écoute. Ce comportement gâche aussi un peu la bonne perception de la scène sonore : même s’il n’y a pas grand-chose à dire sur la séparation stéréo, la scène apparaît comme aplatie vers l’avant et un peu compacte.

Pixel Buds Pro

Il n’y a à redire sur la gestion de la distorsion par les Pixel Buds Pro, impeccable sur l’ensemble du spectre audio.

© Les Numériques

C’est là que l’égaliseur intégré dans l’application aurait pu permettre de corriger le tir afin de rééquilibrer le tout et de profiter au mieux des qualités sonores intrinsèques des Pixel Buds Pro dans toutes les situations. À l’heure où nous écrivons ces lignes, celui-ci n’est pas encore disponible, et nous n’hésiterons pas à faire un point lorsqu’il sera rendu disponible, normalement cet automne.

Note de la rédaction: 4 sur 5

Réduction de bruit active

Les Pixel Buds Pro signent le premier pas dans la réduction de bruit active pour Google, et il s’avère qu’en la matière, ces écouteurs sont capables du meilleur… mais pas toujours.

En premier lieu, la réduction de bruit active des Pixel Buds Pro parvient à offrir une isolation d’un excellent niveau en agissant très efficacement sur les composantes graves et un peu moins graves de nombreux bruits (ventilation, bruit de roulement des véhicules sur la route et les rails) et en partie sur les voix humaines, notamment sur leur sensation de proximité (aussi associé à leur aspect “chaleureux”, “rond”). À l’activation, une véritable bulle se forme contre ce genre de source, sans pour autant s’accompagner d’une pression auditive désagréable, comme on peut le rencontrer parfois. En outre, les microphones liés à la réduction de bruit active se montrent très peu sensibles au vent, rendant cette fonction d’autant plus agréable d’utilisation. On est là en face d’une performance digne des meilleurs écouteurs true wireless du marché.

Pixel Buds Pro

Mesure d’isolation : référence (noir), isolation naturelle “passive” des écouteurs (gris pointillés), réduction de bruit active (violet), écoute des sons environnants “Transparence” (orange pointillés)

© Les Numériques

Il y a cependant un “mais” de taille, car cette isolation perd significativement en efficacité sur les composantes plus haut perchées des sons (médiums et aigus). Résultat, les conversations autour de nous restent nettement perceptibles, même si les voix paraissent plus fluettes et lointaines. Elles se retrouvent bien évidemment en partie masquées lorsqu’on écoute un contenu, mais le confort à ce niveau est moindre que sur les modèles les plus isolants. On pourra aussi percevoir certaines sources de bruits, comme les bruits de contact ou métalliques, une partie des bruits de roulement (bruits stridents sur la voie ferrée) ou de cliquetis (par exemple sur un clavier).

Le mode d’écoute des sons environnants, “Transparence”, fait quant à lui un travail honorable. On ressent encore une bonne partie de l’isolation des écouteurs dans les aigus — ce qui donne un aspect encore un peu étouffé —, mais la captation proposée s’avère assez naturelle et agréable pour tenir une conversation occasionnelle, suivre une annonce vocale importante, ou tout simplement se défaire d’une partie de l’isolation des écouteurs. Attention tout de même : la localisation des différents bruits et éventuels dangers reste très approximative et demandera toujours une vigilance visuelle accrue.

Points forts

  • Restitution équilibrée des basses et médiums.

  • Réduction de bruit active très efficace sur les bruits graves.

  • Port confortable.

  • Utilisation intuitive, agréable et complète (surtout avec les smartphones Android).

  • Nombreuses fonctionnalités pratiques (dont le multipoint).

  • Autonomie généreuse (7 à 11 h par charge).

Points faibles

  • La mise en exergue éreintante des hauts-médiums/aigus, rendu sonore qui aurait gagné a être plus détaillé.

  • Faible isolation dans les médiums/aigus (notamment sur les voix).

  • Application et fonctionnalités avancées uniquement sous Android.

  • Format/embouts un peu trop grands pour les plus petites oreilles.

  • Peu d’accessoires fournis (pas de câble USB).

Conclusion

on a testé on a aimé
Note globale

Note de la rédaction: 4 sur 5


Comment fonctionne la notation ?

Avec cette version “Pro” de ses Pixel Buds, Google nous propose la version la plus aboutie de ses écouteurs true wireless, riche en fonctionnalités et assurant leur part, avec plus ou moins d’habilité, sur tous les points. Il en faut cela dit plus pour bousculer ses rivaux, qui proposent a minima une expérience de la même qualité, avec quelques avantages déterminants sur la qualité de reproduction sonore, le niveau d’atténuation de la réduction de bruit active ou même tout simplement un support logiciel moins restrictif. Les utilisateurs sous Android seront loin de faire un mauvais choix en optant pour ces Pixel Buds Pro, mais il ne sera pas le plus pertinent.

Le plus populaire

Articles Liés

Lisez maintenant

 “Je n’avais pas de temps à perdre”, Nathalie Marquay raconte son premier rendez-vous étonnant avec Jean-Pierre Pernaut 

Nathalie Marquay était l'invitée du Grand Studio sur RTL ce samedi 11 juin. L'occasion pour elle de faire des confidences concernant sa relation avec Jean-Pierre Pernaut. Nathalie Marquay ne s'en remet pas. Le 2 mars dernier, son cœur, tout comme celui des français, s'est brisé lorsque le décès...

 « Inutile », « ingérable »… La carte vitale biométrique ne convainc pas certains professionnels de santé

Six milliards d’euros minimum par an. C’est ce que représenterait chaque année la fraude à la carte vitale d’après Philippe Mouiller, sénateur LR, à l’origine d’un amendement adopté au Sénat dans...

 Johnny Depp VS Amber Heard : coup de théâtre en pleine délibération ! Le jury troublé par un détail

Le jury a été troublé par un détail lors des délibérations du procès qui oppose Johnny Depp à Amber Heard ce mardi 31 mai. Depuis le 11 avril dernier, Amber Heard et Johnny Depp font face à la justice dans un procès très médiatisé. Ce mardi 31 mai,...

 La Russie annonce l’expulsion de 34 diplomates français ; Bruxelles propose une nouvelle aide financière de neuf milliards d’euros

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png 30 La situation en carte Agrandir Le contexte Live animé par Solène L'Hénoret, Anne Guillard et Marie Slavicek ...

-50 % sur ce super vélo électrique chez Cdiscount!

Cdiscount est une plateforme d’e-commerce d’origine française. De temps en temps, Cdiscount offre des bons plans et des promotions exceptionnelles à ne pas rater. Pour cette fois, le site propose le vélo électrique VAE pliant de ville de la marque MOMA BIKES à moins de 1000 €. Effectivement,...

“25.000 hectares déjà partis en fumée” en France, une précocité “sans précédent”

De la dune du Pilat aux monts d'Arrée, des Bouches-du-Rhône à...

“38% des Français pensent que l’Islam est une menace”, Arthur publie une étude choc et pousse un coup de gueule !

Dans une interview accordée au Point en 2017, Arthur avait confié la raison pour laquelle il avait pris la décision de quitter la France. Pour lui, Paris était synonyme d’angoisse. « Trop de boulot, de stress, de lumière, de bruit… » Las, il choisissait de « tout plaquer pour s’installer...

“98 % des eaux de baignade en Martinique sont conformes” selon l’Agence Rég

Le dernier bilan de la qualité des eaux de baignade en Martinique est conforme à 98%. Du 1er janvier 2020 au 30 septembre 2021, l’ARS, en charge du suivi qualitatif de ces eaux, a effectué 1857 prélèvements, en mer et en rivière. "La tendance est stable et...

“A mon retour de tournage, mon fils ne me parlait plus”

Au côté du regretté Gaspard Ulliel, Céline Sallette est à l'affiche du long-métrage "Un peuple et son roi", diffusé ce lundi 18 juillet 2022 sur France 3. La comédienne, devenue incontournable sur le petit comme sur le grand écran, est aussi à la tête d'une jolie petite...

“A toi grossophobe” : Amel Bent critiquée sur son poids, elle envoie une réponse explosive !

Si la teneur des propos n'a pas été révélée par la principale intéressée, Amel Bent a néanmoins pris la parole dans sa story Instagram (voir diaporama). Agacée par les commentaires au sujet de ses formes - rappelons qu'elle a accouché au début du mois d'avril -, la...