Vents violents : neuf départements en vigilance orange, les parcs de la capitale fermés, une étape de Paris-Nice annulée

0
15

Des vents violents frappent de plein fouet l’Hexagone vendredi 10 mars, avec un temps très agité sur tout le pays. Neuf départements sont placés en vigilance orange pour vents violents et pour « vagues-submersion », selon le site de Météo-France.

Les départements des Alpes-Maritimes, de l’Aude, l’Hérault, des Pyrénées-Orientales, du Var et de Corse (du Nord et du Sud), sont placés en vigilance orange pour vent violent. Sur les rivages bretons, les Côtes-d’Armor et l’Ille-et-Vilaine sont en alerte pour « vagues-submersion ». Celle-ci a été levée pour les départements du Finistère et du Morbihan. A partir de minuit, seuls les Alpes-Maritimes, le Var et la Corse resteront encore en vigilance orange, et ce pour toute la journée de samedi, selon la dernière carte de Météo-France.

Des « vents exceptionnellement violents », qui ont entraîné l’annulation de la sixième étape du Paris-Nice, qui devait relier Tourves (Var) à La Colle-sur-Loup (Alpes-Maritimes). Les organisateurs ont décidé de « préserver la sécurité des coureurs » alors que le vent a « provoqué plusieurs chutes d’arbres dans la région » et rend « inévitable l’annulation de l’étape ».

Les parcs de la capitale fermés

Les vents ont fait deux blessés légers dans les Alpes-Maritimes, selon les services de secours confirmant une information de Nice-Matin. A Drap, une femme dans sa voiture a vu un arbre lui tomber dessus. Elle a été transportée à l’hôpital Pasteur de Nice, ont signalé les pompiers à l’Agence France-Presse (AFP). A Peymeinade, un ouvrier a été touché par un objet qui s’est envolé. Il a été soigné sur place.

En Corse, nombre de transports scolaires ont été annulés du fait de rafales atteignant 100 à 130 km/h dans l’est de l’île, 130 à 150 km/h sur le relief et 150 à 190 km/h de la Balagne au cap Corse. Fermé vendredi, le port de Bastia le restera samedi, a annoncé la préfecture de Haute-Corse, perturbant fortement les traversées maritimes vers l’île. Le préfet de Haute-Corse a également interdit pour vendredi et samedi « toutes les manifestations culturelles ou sportives en plein air » ou sous « chapiteaux, tentes et structures ». L’emploi du feu dans l’île a été interdit jusqu’à dimanche, le risque incendie étant jugé important.

A Paris, ne figurant pourtant pas dans la liste des départements placés en vigilance, plusieurs parcs ont été fermés par précaution. Anticipant des rafales comprises entre « 60 km/m et 80 km/h » et « ponctuellement 85 km/h », accompagnées de « passages pluvieux modérés », la Ville de Paris a décidé de fermer ses « espaces verts, parcs, jardins et cimetières ». Le service de météorologie prévoit une « journée très agitée » pour tout le pays, avec un vent « fort à très fort ».

La Mairie de Paris recommande également d’éviter les promenades en forêt et de faire preuve de prudence en cas de déplacement. Les espaces verts de la capitale doivent rouvrir samedi matin, « après les vérifications d’usage ».

Tornade dans la Creuse

Le temps reste très agité avec un vent de secteur ouest fort à très fort sur la majeure partie du pays. Les rafales atteignent 70 km/h à 90 km/h en général dans la plupart des régions, voire 100 km/h à 110 km/h près des côtes.

Dans la Creuse, une tornade, qui n’a duré pourtant que quelques minutes, a fait d’importants dégâts. Toitures arrachées, murs de pierre détruits, tuiles sur la route, arbres déracinés… le village de Pontarion, un bourg de 360 habitants au sud de Guéret, porte les stigmates de l’épisode météorologique qui a touché plusieurs communes des environs en fin de journée jeudi. Certains habitants privés d’électricité se chauffent à l’aide de leur cuisinière et s’éclairent à la bougie.

Newsletter

« Chaleur humaine »

Comment faire face au défi climatique ? Chaque semaine, nos meilleurs articles sur le sujet

S’inscrire

Une cinquantaine d’habitations ont été endommagées mais aucune victime n’est à déplorer et aucun des habitants de Pontarion n’a dû être relogé, selon les secours.

Le Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici