Qatar 2022 : la fiche « non officielle » de l’équipe de Suisse

0
13

Calendrier (heure française) dans le groupe G

24 novembre : Suisse-Cameroun, au stade Al-Janoub (11 heures, BeIN Sports 1)

28 novembre : Brésil-Suisse, au stade 974 (17 heures, BeIN Sports 1)

2 décembre : Serbie-Suisse, au stade 974 (20 heures, BeIN Sports 1)

Leur petit nom : pas facile de choisir un seul surnom quand on a quatre langues officielles (l’allemand, le français, l’italien et le romanche). Courte et directe, la Nati est tout simplement l’abréviation de Nationalmannschaft (« équipe nationale »).

Le groupe des 26 :

Gardiens de but : Gregor Kobel, Philipp Köhn, Jonas Omlin, Yann Sommer.

Défenseurs : Manuel Akanji, Eray Cömert, Nico Elvedi, Edimilson Fernandes, Fabian Schär, Ricardo Rodriguez, Silvan Widmer.

Milieux : Michel Aebischer, Christian Fassnacht, Fabian Frei, Ardon Jashari, Remo Freuler, Fabian Rieder, Djibril Sow, Renato Steffen, Granit Xhaka, Denis Zakaria.

Attaquants : Breel Embolo, Noah Okafor, Haris Seferovic, Xherdan Shaqiri, Ruben Vargas.

Mieux vaut Qatar que jamais. La Suisse participe à sa douzième Coupe du monde. Son meilleur résultat jusqu’ici ? Les quarts de finale, atteints en 1934, 1938 et 1954.

Le sélectionneur. Après le départ de Vladimir Petkovic, Murat Yakin a pris les rênes de la sélection en août 2021. Ancien entraîneur du FC Bâle, avec qui il a été champion de Suisse en 2013 et 2014, le technicien de 48 ans a passé la majeure partie de sa carrière de coach dans son pays, où il a été élu meilleur entraîneur en 2013 et 2017.

Une seule expérience à l’étranger pour ce pragmatique à qui on a souvent prêté une nonchalance de grand fauve : au Spartak Moscou (2014-2015), où il a terminé à la sixième place du championnat russe. Sous le maillot de l’équipe nationale, « Muri » a notamment disputé l’Euro 2004, sous les ordres de Köbi Kuhn.

Note de synthèse du cabinet Le Monde

Les points forts. Resté sept ans sur le banc, Vladimir Petkovic a laissé à son successeur un héritage technico-tactique : à Murat Yakin de le faire fructifier. Pour cela, il peut s’appuyer sur des valeurs sûres, à l’image de Nico Elvedi, qui forme avec le patron de la défense suisse, Manuel Akanji, une charnière centrale solide – l’une des forces de cette équipe.

Redevenu indispensable avec Arsenal, Granit Xhaka, le capitaine de la Nati, reste un pilier incontournable de l’équipe, tout comme Xherdan Shaqiri. A 30 ans, l’ex-milieu offensif de l’Olympique lyonnais sait qu’il vivra peut-être sa dernière compétition internationale majeure. Un surplus de motivation s’il en fallait.

Les points faibles. Après trois déroutes consécutives début juin, en ouverture de la Ligue de nations, la Suisse a fini sa campagne sur trois victoires. Un parcours contrasté, à l’issue duquel la Nati affiche peu de certitudes. Si Murat Yakin prône la verticalité, « révolution » incarnée par l’attaquant Breel Embolo, le temps presse pour entériner ce changement de style.

La note du cabinet (sur 5) : 3. Les Suisses, qui n’ont encore jamais dépassé les quarts de finale d’un Mondial, espèrent enfin franchir ce cap. Avant cela, ils devront déjà sortir d’un groupe relevé : clin d’œil de l’histoire, la Nati avait déjà joué contre le Brésil et la Serbie lors de la Coupe du monde 2018 en Russie. Mais la meilleure génération de l’histoire du football suisse a brisé son plafond de verre lors du dernier Euro en atteignant les quarts de finale, après avoir éliminé la France, championne du monde en titre. Quelques mois plus tard, ils sortaient lors des matchs qualificatifs le champion d’Europe italien de la course au Mondial. Jamais deux sans trois ?

Noah Okafor (au premier plan à gauche), aux côtés de Mario Gavranovic, Steven Zuber et Granit Xhaka, le 12 juin 2022 à Genève.

Gardez un œil sur lui. Noah Okafor sera assurément l’un des joueurs à suivre durant ce Mondial. Déjà étincelant avec le RB Salzbourg en Ligue des champions, l’ailier gauche espère marquer sa sélection de son empreinte. Sa vitesse dans les un contre un sera un précieux atout pour la Nati. A 22 ans, il peut être une des révélations de la compétition, même si son statut de titulaire reste encore à gagner. L’objectif pour le Qatar ? « Nous avons une très bonne équipe. Si nous avons un peu de chance en match et que nous mettons tout en œuvre, nous irons loin, a-t-il confié à Blick fin septembre. Passer les huitièmes de finale, ce serait top. Ensuite, on verra. »

Figurez-vous Arsène… qu’avant ses matchs de qualification pour la Coupe du monde, en octobre 2021, les joueurs de la Nati ont demandé à leur sélectionneur la permission de se changer les idées en assistant à une représentation du cirque Knie sur les rives du lac Léman. Requête accordée par Murat Yakin, en lieu et place du deuxième entraînement de la journée. Le sélectionneur n’a pas précisé si les acrobates avaient donné à ses joueurs quelques rudiments imparables pour déstabiliser les blocs adverses.

Quiz

Si vous avez décidé de boycotter…

Allez donc faire un tour au marché de Noël de Bâle (du 24 novembre au 23 décembre), réputé l’un des plus féeriques de Suisse. Dans la vieille ville historique, commerçants et artisans proposent leurs produits dans 155 petits chalets rustiques en bois. Quant aux plaisirs gastronomiques, ils valent eux aussi le détour, entre gaufres, vin chaud, authentiques läckerlis bâlois (une sorte de pain d’épices), savoureuses raclette suisse ou saucisses grillées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici