Novak Djokovic obtient son visa pour participer à l’Open d’Australie, selon plusieurs médias australiens

0
9

Le gouvernement australien a décidé d’accorder un visa à Novak Djokovic lui permettant de participer à l’Open d’Australie au mois de janvier, un an après son expulsion du pays liée à son absence de vaccination contre le Covid, ont rapporté mardi 15 novembre la chaîne de télévision ABC et d’autres médias, sans autres précisions.

L’affaire semblait en bonne voie ces dernières semaines, à la faveur du changement de gouvernement intervenu en Australie, la coalition conservatrice au pouvoir à l’époque de l’expulsion du Serbe ayant été remplacée depuis par un cabinet de centre gauche emmené par le travailliste Anthony Albanese.

Alors qu’il dispute actuellement le Masters ATP à Turin (Italie), l’ex-numéro un mondial, victorieux à neuf reprises de l’Open d’Australie, s’était tout de même voulu prudent lundi. « Il n’y a encore rien d’officiel. Nous sommes dans l’attente. [Mes avocats] discutent avec le gouvernement australien, c’est tout ce que je peux dire pour le moment », avait déclaré le Serbe.

Le mois dernier, le directeur de l’Open d’Australie, Craig Tiley, avait lui déclaré avoir passé du temps avec M. Djokovic et assuré que le joueur souhaitait disputer le premier Grand Chelem de 2023. « Il a dit qu’il aimerait évidemment revenir en Australie, mais il sait que la décision finale reviendra au gouvernement fédéral », avait expliqué ce responsable au journal australien The Age. M. Tiley en avait aussi profité pour exhorter les deux parties à trouver une solution. « Ce que nous disons à ce stade, c’est que Novak et le gouvernement fédéral doivent régler la situation. Nous suivrons toute instruction [fixée] après cela », avait-il commenté.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « Novak Djokovic, Twitter et les antivax »

Une saison 2022 tourmentée

Ce n’est plus son statut de non vacciné qui empêchait la présence à Melbourne de la star aux vingt et un titres en Grand Chelem, l’Australie ayant levé l’obligation pour les visiteurs de présenter une preuve de vaccination, mais l’interdiction de territoire dont il fait l’objet dans ce pays. En janvier dernier, après avoir été retenu à son arrivée à Melbourne, Djokovic avait en effet été expulsé et condamné à une interdiction d’entrée sur le territoire de trois ans, au terme d’une intense bataille juridique.

Le refus de se vacciner contre le Covid-19 a largement contrarié la saison 2022 du champion serbe de 35 ans. Outre l’Open d’Australie en janvier, il avait dû renoncer cet été à l’US Open, l’entrée aux Etats-Unis demeurant soumise à l’obligation vaccinale. Battu en quarts de finale à Roland-Garros par Rafael Nadal, Djokovic avait au préalable repris sa marche en avant à Wimbledon, en début d’été, où il a remporté son 21e tournoi majeur.

Cette victoire ne lui avait toutefois pas rapporté le moindre point au classement mondial puisque le tournoi sur gazon avait été sanctionné par l’ATP et la WTA (qui gèrent respectivement les circuits professionnels masculin et féminin) pour avoir refusé les participations des joueurs russes et biélorusses, en réponse à la guerre en Ukraine menée par Moscou et soutenue par Minsk.

Malgré ces embûches, le Serbe est parvenu à se qualifier pour le Masters de Turin, qui réunit les huit meilleurs joueurs de la saison. Lundi, il a remporté sa première rencontre face au Grec Stefanos Tsitsipas. Novak Djokovic doit disputer son prochain match mercredi face au Russe Andrey Rublev.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Nole » Djokovic, « fierté de la Serbie »

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici