Mercato – PSG – Pérez digère mal l’échec Mbappé : “Si un gamin est convoqué par le président de la République…”

0
53
Sur le plateau de Chiringuito, la célèbre émission espagnole de talk consacrée au football, dans la nuit de mercredi à jeudi, Florentino Pérez a laissé transparaitre toute l’amertume que lui a laissé en bouche l’échec du transfert de Kylian Mbappé à Madrid. Si la star parisienne a prolongé au PSG, ce serait avant tout parce que “Ils (le PSG) lui avaient pratiquement proposé d’être le leader, non seulement d’une équipe de football, mais aussi de la direction. Là, on a vu que ce n’était pas le Mbappé qu’on voulait faire venir, que sous la pression il avait changé ses rêves“.

Liga

Pérez : “Ce Mbappé, ce n’est pas mon Mbappé”

IL Y A 40 MINUTES

Et le président madrilène était loin d’avoir fini de vider son sac : “Si un gamin est convoqué par le président de la République, bien sûr ça le touche. (…) Je pense que la pression qui l’a le plus affecté est la politique. Cela, plus l’argent et le leadership sportif, l’a fait changer d’avis. (…) Je n’imagine pas le Roi d’Espagne appeler un joueur.”

“Avec Tchouaméni, le Real est en train de gagner son pari jeunes”

Et dans ces conditions, Perez a assuré qu’attirer le Français à la Maison Blanche ne l’intéressait plus : “Ce Mbappé n’est pas mon Mbappé. (…) Les Madridistas seront déçus, mais le Mbappé qui voulait venir au Real Madrid n’était pas ce Mbappé. (…) Il me l’a annoncé dans un message et je lui ai souhaité bonne chance. Mais à ce moment-là, nous n’étions plus intéressés.” Toutefois, les portes lui seraient toujours ouvertes si jamais un jour l’attaquant des Bleus “comprend ce qu’est le Real Madrid et que personne n’est plus grand que les autres“.

Zidane, Ramos, les clubs-état… Pérez n’a pas lâché le PSG

Bien qu’il ait assuré malgré tout que le PSG n’est pas un ennemi, on pourrait en douter vu la teneur des propos, Florentino Perez a longuement commenté des actualités football concernant directement, ou indirectement, le club de la capitale. Sans oublier de glisser au préalable un joli tacle glissé : “Les clubs-état sont un problème que nous devons résoudre“. Pas un ennemi, vous dites ?

“Attirer Zidane, ce serait déjà affaiblir l’autorité de Campos”

Au cœur de cet océan d’amertume, que pourrait-il arriver de pire au président Pérez que de voir Zinédine Zidane, symbole de son mandat puisqu’il l’a fait venir en tant que joueur puis entraineur, s’installer sur le banc parisien. Un scénario auquel il ne croit pas vraiment : “Je ne sais pas (s’il signera au PSG, ndlr), mais il a toujours été un homme du Real Madrid et de l’équipe de France, a souligné Perez. C’est ce que je sais de lui.

Enfin, dernière épine dans le cœur du dirigeant madrilène, le départ de Sergio Ramos il y a un an pour aller signer à… Paris. “Avec le temps, tout le monde a accepté. Il a fait ce qu’il pensait devoir faire à l’époque” a regretté Perez. Il pourra se consoler avec le transfert d’Aurélien Tchouaméni, chipé à prix d’or au nez et à la barbe de la ville lumière.

Plus de 100 millions : Tchouaméni est-il surpayé par le Real ?

Liga

Varane, Griezmann, Laporte… Avant Cho, ces jeunes français qui ont explosé en Espagne

IL Y A UNE HEURE

Liga

Une pépite de plus quitte la L1 : Cho à la Real Sociedad jusqu’en 2027

IL Y A 20 HEURES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici