Ligue des champions : battu en fin de match par Tottenham, l’OM dit adieu à l’Europe

0
14

Du rêve au cauchemar. L’OM a manqué sa finale du groupe D face à Tottenham (1-2), mardi 1er novembre, lors de la sixième et dernière journée de la phase de groupes de la Ligue des champions. Un temps troisièmes et virtuellement reversés en Ligue Europa à la faveur de la victoire de Francfort au Sporting Portugal (1-2), les Olympiens ont tout perdu dans les ultimes secondes sur un but cruel de Pierre-Emile Hojbjerg (90e+5). Finalement quatrièmes, ils ne rejoueront pas de compétition européenne cette saison.

Lire aussi : Marseille-Tottenham : battu à la dernière seconde par les Spurs, l’OM est éliminé de toutes les compétitions européennes

On ne pourra pas reprocher aux hommes d’Igor Tudor d’avoir joué petit bras. L’OM a bien tenté de jeter toutes ses forces dans la bataille. Dans le temps additionnel de la rencontre, Marseille s’est projeté en nombre dans le camp londonien pour s’offrir une victoire et une qualification en huitièmes de finale de la Ligue des champions pour la première fois depuis onze ans.

Mais ils ont été punis sur une perte de balle rédhibitoire. Tottenham a parfaitement négocié une contre-attaque en supériorité numérique, conclue par Pierre-Emile Hojbjerg (1-2, 90e+5). « C’est une énorme déception, on ne peut s’en prendre qu’à nous-même, a commenté Mattéo Guendouzi au micro de Canal+. On a poussé pour marquer un deuxième but, mais on aurait dû garder ce 1-1. Il y a eu un manque de communication et d’expérience sur cette fin de match. C’est un résultat catastrophique tout simplement. »

L’issue est d’autant plus cruelle que quelques minutes auparavant, Sead Kolasinac a cru faire chavirer de bonheur le stade Vélodrome. Le score était encore nul quand le défenseur bosnien a manqué, seul dans la surface adverse, sa tête piquée (87e).

Un début de match réussi

« On a démarré le match à la hauteur de l’événement », a analysé à raison Jonathan Clauss sur Canal+. Portés par un Vélodrome incandescent malgré la suspension du virage Nord – à cause des incidents survenus contre Francfort lors de la deuxième journée – , les Phocéens ont appliqué la même recette qu’au match aller. Un pressing haut et intense pour étouffer Tottenham.

Hormis la blessure d’Eric Bailly après seulement neuf minutes de jeu, tout souriait à l’OM qui s’est procuré de nombreuses occasions par Alexis Sanchez (3e, 19e) ou Jordan Veretout (33e). Une très belle première période récompensée par l’ouverture du score de Chancel Mbemba d’une tête puissante à la réception d’un centre de Jordan Veretout (1-0, 45e+2).

Moins de hargne en seconde période

Mais à l’instar de leur campagne européenne en dents de scie, les Marseillais se sont arrêtés de jouer au retour des vestiaires. « On a mal entamé le début de la seconde période, on était moins hargneux », a expliqué Jonathan Clauss. Le pressing était moins efficace et Tottenham, pourtant privé de Heung-Min Son – sorti sonné après 29 minutes de jeu -, reprenait peu à peu pied dans la rencontre. L’OM n’y était plus et l’égalisation du Français Clément Lenglet, de la tête, était méritée (1-1, 54e).

Comme souvent, Igor Tudor a tardé à apporter du sang neuf dans sa formation. Dimitri Payet n’est d’ailleurs pas entré en jeu alors que sa touche technique aurait pu soulager les siens en fin de rencontre. Cela n’a pas empêché Amine Harit (59e), Alexis Sanchez (83e), Sead Kolasinac (87e) ou encore Nuno Tavares (90e+1) de se procurer des balles de match et de qualification en huitièmes de finale. En vain.

La cruelle issue plonge définitivement Marseille dans le doute. Pour sa troisième participation consécutive en C1, l’OM termine la phase de groupes à la dernière place de sa poule. Une position légitime puisque les Phocéens n’ont battu que le Sporting, qui était en infériorité numérique pendant la majeure partie de la confrontation, aller comme retour (4-1 puis 2-0).

Marseille doit désormais se reconcentrer sur la Ligue 1 et la réception de l’Olympique lyonnais, dimanche 6 novembre, pour mettre fin à sa triste série de cinq rencontres sans victoire.

Lire aussi : Ligue 1 : l’OM concède le nul à Strasbourg et doute avant Tottenham

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici