LIGUE 1 – Lacazette-Tolisso : les sirènes de la nostalgie lyonnaise

0
40
Retour vers le futur dans le Rhône. Depuis leurs dernières touches de balle ensemble sous le maillot lyonnais, cinq années se sont écoulées, de manière différente, pour les deux nouvelles recrues de l’OL, Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso. Cinq ans à Arsenal pour l’attaquant tricolore et cinq ans du côté du Bayern Munich pour le milieu de terrain champion du monde.

Une période qui n’a pas forcément permis de confirmer l’énorme potentiel que l’on pouvait prêter au premier, et frustrante pour le second, souvent freiné par les blessures au cours des quatre dernières saisons. A Arsenal tout d’abord, Alexandre Lacazette est arrivé avec des stats impressionnantes après sa dernière saison à l’Olympique Lyonnais (28 buts et 3 passes décisives en 30 matchs en 2016-2017). Mais la confirmation n’a pas réellement eu lieu.

Ligue 1

Schmeichel sur son transfert à Nice : “C’était le moment de me challenger”

IL Y A UNE HEURE

Des bilans contrastés à l’étranger

Pour sa première saison en Premier League, l’ancien Gone n’a inscrit que la moitié des buts qu’il avait pu marquer en Ligue 1 la saison précédente pour deux matches disputés supplémentaires. Mais le rendement offensif de Lacazette a véritablement chuté cette année. Avec toujours 30 matches au compteur, l’international français n’a trouvé le chemin des filets qu’à quatre reprises, malgré 7 passes décisives.

Du côté de son compère Corentin Tolisso, le bilan n’est pas forcément rassurant non plus. Champion du monde en 2018, le milieu de terrain a peiné à s’imposer dans l’entrejeu munichois (il n’est pas le seul) et a notamment été freiné par de nombreuses blessures. Sa dernière, contractée en avril, lui a même ironiquement permis de revenir à l’OL car, sans disputer la fin de saison, Tolisso n’a donc pu attirer les offres des grands clubs européens.

Avec moins de 50 matches dans les jambes lors des quatre dernières saisons, Tolisso, qui n’a joué que 15 matches cette année, a au moins l’opportunité de souffler un peu dorénavant. La non qualification de l’OL en Ligue des champions lui permettra en effet de ne jouer qu’un seul match par semaine et ainsi d’éviter les blessures, même si l’un de ses mollets lui a déjà empêché de disputer les matchs de pré-saison.

Retour aux sources

Le retour au bercail pourrait donc être bénéfique aux deux anciennes gloires lyonnaises. En signant jusqu’en 2027, Corentin Tolisso s’est assuré une sécurité dans un club qu’il connaît du terrain aux gradins, tandis qu’Alexandre Lacazette est revenu libre de tout contrat pour se relancer, jusqu’en 2025, dans un championnat qui l’a vu briller par le passé.

C’est sûr que le retour d’Alex a joué un rôle

D’ailleurs, les deux hommes, amis dans la vie, ne seraient pas forcément réunis si l’un n’avait pas plaidé en faveur de l’autre. “‘Alex’ m’a autant écrit en un mois que ces cinq dernières années”, s’est amusé Tolisso en conférence de presse. C’est sûr que le retour d’Alex a joué un rôle. C’est un ami pour moi. Le fait qu’on ait fait de belles choses aussi avec l’OL précédemment, ça a été un atout en plus dans mon choix.”

Ensemble, les deux Gones ont passé 4 saisons sous le maillot lyonnais pour un palmarès sans titre mais honorable : deux fois vice-champions de France (2015, 2016), finalistes de la Coupe de la Ligue (2014), deux fois finalistes du Trophée des champions (2015, 2016) et demi-finalistes de Ligue Europa (2017).

Retrouver l’ADN OL

Leur retour fait revivre la nostalgie d’années prospères même si inachevées. Alors que l’Olympique Lyonnais n’est pas parvenu à se qualifier pour les coupes d’Europe cette saison, Jean-Michel Aulas, lui, avait une idée bien précise en rappelant ces deux joueurs : “Nous devons revenir aux valeurs du club, revenir à une identité OL, prendre tout ce qu’il faut pour reconstruire un état d’esprit conquérant. Nous souhaitons que l’ADN OL soit le maître mot de l’avenir.”

Cette identité s’inscrira donc dans un schéma de jeu proposé par Peter Bosz, un 4-2-3-1 dans lequel Corentin Tolisso devrait se retrouver aux côtés de Maxence Caqueret, tandis que la pointe de l’attaque sera occupée par Alexandre Lacazette. L’avantage avec Tolisso étant qu’il est un joueur d’une telle polyvalence que, si son physique lui laisse une certaine liberté, il pourrait être replacé à n’importe quel poste du milieu de terrain. Un atout de taille pour un effectif désormais orphelin de Tanguy Ndombélé et Bruno Guimaraes.

Quant à Alexandre Lacazette, déjà buteur lors des matchs de pré-saison, la nostalgie lyonnaise pourrait lui redonner des ailes dans un championnat d’un niveau plus faible que celui de la Premier League, où les contacts sont notamment plus rugueux. De là à rééditer ses performances d’antan, rien n’est moins sûr, mais le mercato n’est pas terminé et, si l’OL décide de renforcer aussi son arrière-garde, alors le relais du milieu de terrain et la pointe de l’attaque ne pourraient qu’en bénéficier.

Ligue 1

Payet minimise les tensions à l’OM : “On a essayé de nous déstabiliser”

IL Y A 2 HEURES

Ligue 1

L’été, la grande bataille de Monaco

IL Y A 2 HEURES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici