Le Pays de Galles efface l’Ukraine et se qualifie pour le Mondial / CDM 2022 / Barrages / Galles-Ukraine (1-0) / SOFOOT.com

0
68

Plus réaliste que l’Ukraine, le Pays de Galles a arraché ce dimanche son ticket pour la deuxième Coupe du monde de son histoire, 64 ans après. Plus joueuse, la Zbirna a buté sur un exceptionnel Wayne Hennessey qui a dégouté les attaquants ukrainiens.

Pays de Galles 1-0 Ukraine

But : Yarmolenko (34e, csc) pour les Gallois

64 ans après, le Pays de Galles va retrouver les joies de disputer un Mondial. 64 ans après leur défaite 1-0 sur un but de Pelé en quarts de finale, face au futur vainqueur brésilien, les Gallois vont enfin pouvoir chanter Land of my Fathers en préambule d’un match de Coupe du monde. Pour cela, ils ont dû sortir de très bons Ukrainiens ce dimanche à Cardiff. Pourtant plus convaincante et séduisante dans le jeu, la sélection ukrainienne s’est heurtée à un excellent Hennessey. Le gardien a, en effet, été le grand homme de cette qualification. Avec Gareth Bale, évidemment, à l’origine du but.

Gareth Bale, évidemment

Contrairement à ce qu’ils avaient fait mercredi dernier à Glasgow, les Ukrainiens prennent directement le contrôle de la rencontre et ne se laissent pas acculer. Au contraire, ce sont eux qui mettent la pression. Zinchenko rivalise par exemple d’ingéniosité en propulsant un lointain coup franc dans les buts d’Hennessey, alors que personne n’est prêt. Pas même l’arbitre, qui n’avait pas donné son coup de sifflet et qui annule donc l’audace du joueur de Manchester City (3e). Mais le décor est planté, et la Zbirna va copieusement rentrer dans le lard de son adversaire. Enfin, plutôt dans celui d’Hennessey. Car le portier gallois, qui est sollicité sur une frappe contrée et vicieuse (9e), remporte son face-à-face contre Yaremchuk (12e). Les visiteurs dominent clairement leur sujet et Karavaev, manquant sa reprise dans la surface, ne peut récompenser cette belle entame (22e).

Finalement, la tendance de ce début de match est résumée par Zinchenko : le joueur de Manchester City vient gratter un ballon dans les pieds d’Allen, mais sa lourde frappe est repoussée par Hennessey, l’homme du Pays de Galles jusque-là. Toutefois, l’homme que tout le pays attend va se mettre bien au milieu des projecteurs : discret comme s’il jouait au Real, Gareth Bale frappe un coup franc à 30 mètres dont la trajectoire peu spectaculaire pousse Yarmolenko à dégager de la tête… Bien essayé, mais il trompe en fait son propre gardien et permet à Cardiff d’exploser sous la pluie (1-0, 34e). L’UEFA décide, à raison, d’attribuer le but à l’Ukrainien. Reste que les Gallois en donnent tout le crédit à leur star, pour ce qui aurait pu être son dernier match.

La bouteille d’Hennessey

Déjà mieux en fin de première période, les Dragons abordent le second acte dans la même dynamique. Daniel James lance un Moore qui fait le bon choix en redonnant en retrait vers Ramsey, mais le joueur des Glasgow Rangers se manque complètement (48e). Ce qui ne refroidit pas des locaux continuant de pousser, jusqu’à ce que Yarmolenko trouve un bon décalage vers Mykolenko à gauche qui centre fort à ras de terre pour Tsygankov. Là encore, Hennessey repousse dans les pieds de Yaremchuk qui ne peut pas cadrer (55e). À partir de là, les Gallois reculent et dégagent comme ils peuvent. Les transmissions ukrainiennes, elles, ne sont plus aussi léchées qu’en première mi-temps. Globalement, le rythme baisse. Jusqu’à l’occasion de Johnson, qui trouve le poteau après un centre venu de la droite (75e). Dans la foulée, c’est surtout Gareth Bale – absolument seul dans la surface – qui bute sur Bushchan et qui manque l’occasion de sceller le sort de cette rencontre (76e). Yarmolenko n’est d’ailleurs pas loin de le faire culpabiliser immédiatement, mais Hennessey tient toujours la baraque (77e). En témoigne cette parade extraordinaire, sur une tête à bout portant de Dovbyk (84e). La Zbirna a beau pousser, elle n’arrive pas à égaliser et laisse le Pays de Galles prendre ce dernier billet européen pour la Coupe du monde. Gros match, grosse joie et grossse déception.

Pays de Galles (4-4-2) : Hennessey – Roberts, Davies, Rodon, Williams (Norrington-Davies, 90+3e) – Ampadu, Ramsey, Allen, James (Johnson, 71e) – Moore, Bale (Wilson, 83e). Sélectionneur : Robert Page.

Ukraine (4-3-3) : Bushchan – Karavaev, Zabarnyi, Matvlienko, Mykolenko – Stepanenko (Sydorchuk, 70e), Malinovsky (Shaparenko, 70e), Zinchenko – Yarmolenko, Tsygankov (Mudryk, 77e), Yaremchuk (Dovbyk, 77e). Sélectionneur : Oleksandr Petrakov.

Par Léo Tourbe

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici