« La règle de neutralité est devenue un prétexte pour faire taire les critiques, et non un outil de promotion de l’universalité des valeurs du sport »

0
10

Les dirigeants sportifs ne sont pas à une contradiction près quand il s’agit de contourner leurs propres règles éthiques, pourtant censées constituer les fondamentaux du sport.

Parmi celles-ci, on compte la règle de neutralité, qu’il s’agisse de la règle 50.2 de la Charte olympique (« aucune sorte de démonstration ou de propagande politique, religieuse ou raciale n’est autorisée dans un lieu, site ou autre emplacement olympique »), ou de la loi 4 du football (« l’équipement ne doit présenter aucun slogan, inscription ou image à caractère politique, religieux ou personnel. Les joueurs ne sont pas autorisés à exhiber de slogans, messages ou images à caractère politique, religieux, personnel ou publicitaire sur leurs sous-vêtements autres que le logo du fabricant »).

Rappelons qu’en mars 2012, l’International Football Association Board (IFAB) – organe décisionnel en matière de règlements du football – acceptait le port du hijab par les footballeuses, sous prétexte qu’il s’agissait d’« un signe culturel et non religieux », cédant ainsi aux exigences de la fédération iranienne qui pourtant le revendiquait comme une obligation religieuse s’imposant aux femmes en Iran.

Le mauvais exemple vient de loin

Or, voilà qu’à la veille de la Coupe du monde de football du Qatar, la Fédération internationale de football (FIFA) interdit au Danemark de s’entraîner avec des maillots portant un message en faveur des droits humains. Le directeur général de la Fédération danoise de football, Jakob Jensen, a défendu en vain le fait qu’il ne s’agissait pas d’un message politique, mais universel. « Nous avons envoyé une demande à la FIFA, mais la réponse est négative. Nous le regrettons, mais nous devons en tenir compte », a-t-il déclaré à l’agence de presse danoise Ritzau.

Tribune : Article réservé à nos abonnés « Le Mondial 2022 au Qatar, c’est un petit peu de sport, énormément d’argent, et des violations massives des droits humains »

Il faut dire que le mauvais exemple vient d’en haut, et de loin, sans que le monde du sport n’ait jugé utile, à l’époque, de s’en émouvoir. Si la règle de neutralité n’a pas changé, elle est depuis longtemps contournée.

Le Comité international olympique (CIO) fut le premier à céder devant les diktats de la République islamique d’Iran dès 1996, lors des Jeux olympiques d’Atlanta, en acceptant les conditions posées par le régime à l’envoi d’une femme : qu’elle soit voilée de la tête aux pieds à l’exception du visage. Il s’agissait de Lida Fariman, tireuse, et porte-drapeau de la délégation iranienne : tout un symbole.

Lire aussi la tribune : Article réservé à nos abonnés « Je manquerais à mon éthique si je n’alertais pas mes étudiants sur les conditions d’organisation de cette Coupe du monde de football »

Par cette lâcheté, le CIO contribua à banaliser l’apartheid sexuel imposé aux femmes en Iran, et dont on perçoit, à la lumière des événements qui secouent le pays depuis la mort de Jina Mahsa Amini, les souffrances parfois extrêmes que ce système génère.

Il vous reste 34.15% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici