Formule 1 – Grand Prix de Belgique : Max Verstappen (Red Bull) en pole, Carlos Sainz (Ferrari) saisit l’opportunité

0
242

Pas d’effusion à la radio. Carlos Sainz a accueilli sobrement sa deuxième pole position en carrière, samedi à Spa-Francorchamps. En faisant presque profil bas. Battu de 0″6 par Max Verstappen (Red Bull), le plus rapide de la session de qualification du Grand Prix de Belgique, l’Espagnol savait qu’il avait des chances de récupérer sur tapis vert la première place sur la grille de la quatorzième manche du Mondial.

Le film de la qualification | La grille de départ

Grand Prix de Belgique

Libres 3 : Pérez au top, Leclerc dans le décor

IL Y A 5 HEURES

Depuis vendredi, le pilote de la F1 75 n°55 se doutait qu’il n’aurait probablement que Sergio Pérez (Red Bull) comme challenger dans la course à la position de pointe, suite à la rafale de pénalités techniques – pour utilisation de pièces de moteurs en dehors des limites réglementaires convenues – dont ont hérité en tout sept pilotes du plateau : son coéquipier Charles Leclerc, Esteban Ocon (Alpine), Lando Norris (McLaren), Valtteri Bottas et Guanyu Zhou (Alfa Romeo) et Mick Schumacher (Haas), en plus du champion du monde en titre.

Pourquoi Verstappen n’est pas dans le top 10 des meilleurs pilotes de l’histoire

Verstappen et Leclerc en 8e ligne

Le Madrilène a véritablement laissé transparaître une certaine frustration – il s’est avoué “énervé” par l’écart avec la RB18 n°1 – lors de l’interview institutionnelle qu’il a donnée, et a regretté de ne pas avoir bénéficié d’une aspiration efficace de la part de Charles Leclerc. Mais, il faut le dire, il n’a pas non plus fait un grand tour.

Carlos Sainz a même parlé d’un “bazar”, à propos des dernières minutes, et Sergio Pérez (Red Bull) l’a rejoint sur ce point. Pour une autre raison. Auteur du troisième temps, à 0″777 de son leader, le Mexicain s’est plaint à la radio, dans son tour de rentrée, de sa position de dernier en piste dans le money time. “P2, c’est une bonne place pour dimanche”, lui a répondu son directeur, Christian Horner.

Un coup sur la tête d’Hamilton

Max Verstappen requalifié au 15e rang, Charles Leclerc (Ferrari) n’a pas jugé utile d’effectuer une dernière tentative en Q3, comme le Néerlandais et Lando Norris (McLaren). Son quatrième essai, à 0″888, lui a permis de s’assurer la 16e position au départ dimanche, en compagnie de son rival, qui le devance de 80 points au championnat du monde. Esteban Ocon (Alpine) 5e à 1″515 et rejeté à la 17e place, les quatre suivants (classés de 6e à 9e) profitent donc d’une belle promotion, puisque Fernando Alonso (Alpine) va s’élancer du 3e emplacement, devant Lewis Hamilton (Mercedes), George Russell (Mercedes) et l’incroyable Alexander Albon (Williams), qui volait samedi autour du circuit des Ardennes. Mais il faut bien l’avouer, on attendait mieux de la part des Mercedes. A l’annonce de l’écart qui le séparait du chrono de Max Verstappen, Hamilton en est resté sans voix. “1”8…”, a-t-il soupiré à la radio dans son tour d’honneur.

Toutefois, dans toutes les équipes, les managers ont eu la même réaction : ils ont insisté sur le fait que c’est la position qui compte à l’issue de cette séance-chamboule-tout. Et Daniel Ricciardo (McLaren) et Pierre Gasly (AlphaTauri) ne pourront pas dire le contraire : premiers recalés en Q2, l’Australien et le Français partirons de flatteuses 7e et 8e place, devant les Aston Martin de Lance Stroll et Sebastian Vettel.

Cette session était bien celle de tous les possibles, de toutes les opportunités, et la course devrait être du même acabit.

Grand Prix de Belgique

Alpine et McLaren bientôt fixées sur l’affaire Piastri

IL Y A 5 HEURES

Grand Prix de Belgique

Spa, meilleure chance d’Hamilton de gagner cette saison ?

IL Y A 20 HEURES

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici