Coupe du monde 2022 : victorieux de la Serbie, le Brésil s’inquiète pour Neymar, victime d’une entorse à la cheville

0
8

La 79e minute de ce Brésil-Serbie a sûrement provoqué des sueurs froides à tout un pays. Alors que la victoire était quasiment acquise face à la Serbie (2-0), jeudi 24 novembre, lors du premier match du Brésil pour cette Coupe du monde, Neymar s’est soudainement écroulé au sol. Il s’est tenu la cheville droite, après un choc avec le défenseur serbe Nikola Milenkovic. Les ralentis ont d’ailleurs montré une légère torsion au niveau de l’articulation.

Rodrigo Lasmar, membre du staff médical de la Seleçao, a confirmé après la rencontre sur la radio brésilienne Itatiaia que le joueur souffrait d’une entorse. « On n’a pas encore eu le temps de faire un bilan plus complet, mais la cheville a déjà un peu gonflé, C’est important d’attendre les vingt-quatre premières heures. On va voir comment la cheville va réagir. Maintenant, c’est juste une question de calme et un peu de patience. »

C’est désormais tout un pays qui retient son souffle, avant de connaître la durée d’indisponibilité du leader technique de la Seleçao. Face à la Serbie, c’est son coéquipier Thiago Silva qui est venu lui enlever sa chaussure pour mieux constater l’ampleur des dégâts. Et c’est un Neymar boitillant et avec une cheville gonflée qui a quitté le stade de Lusail.

Lire aussi : Brésil – Serbie : la Seleçao réussit son entame de Coupe du monde grâce à Richarlison mais s’inquiète pour Neymar

Il a regagné le banc de touche, avant de se cacher le visage avec son maillot. Plusieurs médias brésiliens ont d’ailleurs affirmé que le joueur était en larmes sur le bord de terrain. Ce qui est certain, c’est qu’il a terminé la rencontre assis, tête basse, le visage enfoui sous sa tunique jaune.

La cheville gonflée de Neymar, au stade Lusail, au Qatar, le 24 novembre 2022.

Les démons de 2014

Une action qui a sans doute réveillé les vieux démons du quart de finale du Mondial 2014, disputé au Brésil, face à la Colombie, lors duquel « Ney » a quitté la pelouse du stade Castelão de Fortaleza en pleurs. Victime d’un vilain coup de son adversaire Camilo Zuniga dans le bas du dos, il disait alors adieu à la compétition et à ses rêves de sacre à domicile.

Tout allait pourtant bien pour le quintuple champion du monde, largement dominateur face à la Serbie. Et même si les Sud-Américains ont seulement forcé la décision en seconde période grâce à un doublé de l’attaquant Richarlison (62e et 73e), les troupes du sélectionneur Tite n’ont jamais été inquiétées.

Privés de leur duo turinois Filip Kostic-Dusan Vlahovic, laissé sur le banc, les Serbes ont fait preuve de trop de tendresse et de maladresse sur le plan offensif. L’addition aurait pu être bien plus salée, sans les six arrêts réalisés par Vanja Milinkovic-Savic.

Malgré quelques actions mal négociées. Neymar est apparu très en jambes, auteur de chevauchées dont lui seul a le secret. Il a touché 81 ballons, le troisième meilleur total de la partie, et a tiré trois fois au but. Il est d’ailleurs à l’origine de l’ouverture du score.

Alors qu’il est en lice pour battre le record de Pelé s’il atteint les trois buts durant ce Mondial, sa blessure inquiète tout un pays. Le Brésil peut faire un grand pas vers les huitièmes de finale en cas de victoire contre la Suisse, le 28 novembre. Avec ou sans Neymar.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici