Coupe du monde 2022 : le geste symbolique des Allemands contre l’attitude de la FIFA

0
8

Ces derniers jours, une partie des sélections nationales présentes au Qatar pour la Coupe du monde a été confrontée au problème suivant : comment exprimer une critique envers le pays hôte, ou simplement témoigner un soutien à une cause, sans risquer de sanctions sportives ?

Mercredi 23 novembre, le onze titulaire allemand a décidé de se mettre ostensiblement la main devant la bouche sur la photo d’équipe prise avant leur premier match, contre le Japon. Manière de dénoncer l’attitude de la Fédération internationale (FIFA) empêchant le port d’un brassard pour les capitaines siglé du message « One Love » contre les discriminations – en particulier à l’encontre des personnes LGBTQ+.

Lire aussi : A la Coupe du monde 2022, le brassard de la discorde

« Nous empêcher de porter ce brassard revient à nous faire taire. Nous maintenons notre position », a posté au même moment la délégation allemande au Qatar sur Twitter. Et de rappeler :

« Nous voulions utiliser le brassard pour prendre position en faveur de valeurs que nous défendons au sein de la sélection allemande : la diversité et le respect mutuel. Ensemble, avec d’autres nations, nous voulions que notre voix soit entendue. Nous ne voulions pas faire de déclaration politique, les droits humains ne sont pas négociables. Ce devrait être considéré comme acquis, mais ce n’est toujours pas le cas. »

Dans les tribunes officielles du stade international Kalifha, à Doha, la ministre de l’intérieur allemande, Nancy Faeser, arborait le fameux brassard « One Love ». Elle a ensuite mis une veste.

La veille déjà, Helle Thorning-Schmidt, première ministre du Danemark de 2011 à 2015, avait porté une robe aux couleurs de l’arc-en-ciel, qui sont aussi celles de la communauté LGBTQ+, dans les travées du stade Ahmad-Ben-Ali, à Al-Rayyan, lors du match entre son pays et la Tunisie.

Menace de « sanctions sportives »

Les sept fédérations européennes, dont l’Allemagne, qui avaient prévu de le porter lors de la compétition, ont renoncé lundi face à la menace de « sanctions sportives » brandie par la FIFA, qui ne les a pas précisées. La menace a été très critiquée outre-Rhin, où de nombreuses voix se sont élevées pour appeler les joueurs de la Nationalmannschaft à la défier. « Les droits de la communauté LGBTQ+ ne sont pas négociables », déclarait encore ce mercredi le porte-parole du gouvernement allemand, Steffen Hebestreit.

Premier pays du Moyen-Orient à accueillir le Mondial de football, le Qatar a assuré que tous les supporteurs seraient les bienvenus sans discrimination, bien que la loi du pays pénalise l’homosexualité.

Notre sélection d’articles sur la Coupe de monde 2022

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici