Annemiek van Vleuten championne du monde de cyclisme

0
42

Quelques minutes après avoir franchi la ligne d’arrivée, elle n’y croyait toujours pas. La Néerlandaise Annemiek van Vleuten a remporté, samedi 24 septembre, à Wollongong (Australie), les Championnats du monde de cyclisme sur route féminin. A 39 ans, elle revêt ainsi son deuxième maillot arc-en-ciel (après 2019) et démontre encore une fois la supériorité des Pays-Bas dans le peloton : les Néerlandaises ont remporté cinq des six dernières éditions.

Lire aussi : Cyclisme : deux nouveaux titres de championne du monde pour… Jeannie Longo

Avant d’arriver en Australie, Annemiek van Vleuten faisait figure d’immense favorite. Mais sa victoire est un authentique exploit, elle qui n’était pas certaine de pouvoir s’aligner au départ. Lors du relais mixte, mercredi, la coureuse a, en effet, été victime d’une lourde chute peu de temps après le départ de l’épreuve. Un passage à l’hôpital plus tard, le bilan était connu : une fracture sans déplacement du coude droit.

Finalement alignée, Van Vleuten semblait être promise à un rôle d’équipière de luxe pour les Pays-Bas, d’autant qu’elle peinait à suivre la tête de course lors des deux derniers tours du circuit (de 17 km chacun). Décrochée une première fois lors de l’avant-dernière montée du mont Pleasant (1,1 kilomètre à 7,7 %, passage à 14 %), elle était parvenue à revenir avec d’autres coureuses, avant d’être à nouveau distancée au même endroit au tour suivant.

Une saison de rêve

L’affaire semblait entendue, et les places sur le podium devaient alors se jouer entre les cinq coureuses parties devant à 7 kilomètres de l’arrivée. Mais, incapables de s’entendre, les échappées ont été reprises à un kilomètre de l’arrivée. Un peu en retrait, Annemiek van Vleuten a eu un plus de mal à combler son retard. Mais la Néerlandaise n’a pas laissé passer sa chance : elle qui confiait avant la course avoir du mal à se mettre en danseuse s’est dressée sur ses pédales pour porter une accélération décisive au moment de faire la jonction avec le groupe de tête, et l’emporter devant la Belge Lotte Kopecky (2e) et l’Italienne Silvia Persico (3e).

Après l’avoir emporté sur les trois grands tours, Annemiek van Vleuten s’est imposé lors des Championnats du monde, samedi 24 septembre à Wollongong, en Australie.

Cet exploit parachève une saison de rêve pour Van Vleuten, qui avait auparavant dominé le classement général des trois grands tours (Tour de France, d’Italie et d’Espagne). Mais alors qu’elle avait largement dominé le Tour de France, en particulier en montagne, en reléguant à plus de trois minutes la deuxième, sa compatriote Demi Vollering, c’est dans un tout autre registre que la Néerlandaise a trouvé le moyen de gagner samedi.

Lire aussi : Cyclisme : les « super championnats du monde » de 2027 attribués à la Haute-Savoie

Lors de deux derniers tours de circuits rendus difficiles par la pluie, les Françaises n’ont, elles, pas réussi à se faire une place sur le podium. Présente avec les meilleures lors du sprint final, Juliette Labous termine finalement 7e. « Van Vleuten est partie, et personne ne pouvait y aller, a-t-elle expliqué à l’arrivée au micro de Nouvelle-Calédonie La Première. La course a été vraiment explosive, je n’ai pas de regret. »

Le cyclisme tricolore a néanmoins décroché une première médaille samedi sur ces Mondiaux : Eglantine Rayer (18 ans) a pris l’argent sur la course des juniors, derrière la Britannique Zoe Bäckstedt.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici