Warner Bros. répond aux appels au boycott suite aux propos de J.K. Rowling

0
67

Le PDG de Warner Bros. Interactive, David Haddad s’est exprimé récemment sur la sortie à venir du prochain jeu autour de la licence du sorcier le plus célèbre : Harry Potter. Il se veut rassurant sur les possibilités qu’offriront Hogwarts Legacy (L’héritage de Poudlard) aux joueurs craignant le conflit d’intérêt avec l’écrivaine J.K. Rowling.

Hogwarts Legacy : un jeu “indépendant” ?

À moins de ne vraiment pas être concerné par l’actualité autour d’Harry Potter, il y a de fortes chances que vous soyez au courant des polémiques soulevées par les propos de la romancière J.K. Rowling. Jugée transphobe après plusieurs de ses tweets, de nombreux fans de la licence ont été déchirés dans leur amour pour l’oeuvre Harry Potter et la condamnation de ses propos. L’écrivaine a par ailleurs reçu le soutien de Vladimir Poutine, qui en a fait l’effigie de la lutte contre la “Cancel Culture”. Beaucoup de fans de la licence aimeraient que l’autrice soit remerciée pour son travail mais écartée de toute production à venir, puisque selon eux, il paraît inconcevable de continuer à soutenir le travail d’une personne qu’ils considèrent comme ouvertement transphobe.

C’est dans ce contexte tumultueux que doit sortir le prochain jeu Harry Potter : Hogwarts Legacy’s (Harry Potter : l’Héritage de Poudlard). Un jeu qui paraît très prometteur sur le papier et selon les premiers avis mais qui souffre de la polémique autour de J.K. Rowling. Sur les réseaux sociaux, de plus en plus de joueurs et de fans d’Harry Potter appellent au boycott du jeu afin de ne pas soutenir financièrement l’autrice -qui touche des royalties à chaque exploitation de la licence-. Pour rassurer les fans, David Haddad, directeur général de Warner Bros produisant le jeu a pris la parole pour le média Axios :

[…] Nous souhaitons rappeler que J.K. Rowling n’est pas directement impliquée dans le développement du jeu. Nous ajoutons même qu’il sera possible [dans Hogwarts Legacy] d’utiliser des options inclusives, permettant la création de personnages trans. Nous allons rester très concentrés sur le jeu que nous avons construit et sur l’excellent travail du studio Avalanche. Nous voulons que tous ceux qui aiment l’univers d’Harry Potter puissent aimer ces histoires et ces personnages.

Hogwarts Legacy : boycotter ou financer ?

Ainsi, le PDG de Warner Bros se veut rassurant sur Harry Potter : Hogwarts Legacy’s. Plutôt que de parler ouvertement de la polémique, il essaie d’orienter la discussion sur ce que le jeu proposera, comme des options de création de personnage inclusives voulues et soutenues par le studio Avalanche. Leur manière à eux de prouver leur détachement aux propos de J.K. Rowling. Il assure également qu’elle n’a pas participé au processus de création du jeu. Mais lui comme les fans savent très bien qu’il est impossible d’écarter totalement J.K. Rowling du projet, du moins financièrement puisqu’elle touchera une part des revenus de chaque jeu sous la forme de royalties. Harry Potter et DC sont deux des licences majeures de Warner, et il est impensable pour l’entreprise de s’en passer alors qu’elle se trouve actuellement en pleine crise financière.

Cet appel au boycott tombe extrêmement mal, car Warner est en plein rachat par Discovery. Pour ne rien arranger, les films DC sont eux aussi compromis après les déboires de Ezra Miller (The Flash) mais aussi Amber Heard, jouant Mera dans Aquaman, en procès depuis plus d’un an contre son ancien mari Johnny Depp, accusé de violences conjugales, et ayant été lui-même évincé des Animaux Fantastiques où il jouait Grindelwald. Tout cela forme un beau cocktail de problèmes dont Warner se serait très bien passé. De leur côté, les fans d’Harry Potter invitent également ceux qui voudraient quand même se procurer l’Héritage de Poudlard à envisager le piratage afin de ne pas acheter le jeu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici