Une probable “planète-océan” observée à 100 années-lumière de la Terre

0
47

Elle serait ainsi entièrement recouverte d’une épaisse couche d’eau. Si on sait que l’eau liquide est essentielle au développement de la vie, il est beaucoup trop tôt pour se prononcer sur la potentielle présence de vie sur cette exoplanète.

TOI-1452 b est une exoplanète en orbite autour d’une des deux étoiles d’un système binaire situé dans la constellation du Dragon, à 100 années-lumière de la Terre. Observée par des chercheurs de l’Université de Montréal, elle pourrait être ce que l’on appelle une “planète-océan”. Elle serait ainsi entièrement recouverte d’une épaisse couche d’eau, selon les premières informations d’une étude publiée dans l’Astrophysical Journal.

“Elle se trouve à une distance de son étoile qui lui permet de conserver une température ni trop chaude ni trop froide pour que de l’eau liquide existe à sa surface”, note l’Institut de recherche sur les exoplanètes dans un communiqué.

Un océan géant et profond

Si l’on surnomme souvent la Terre la “planète bleue”, car les océans couvrent 70% de sa surface, elle est une planète particulièrement aride. En fait, l’eau ne compte qu’1% de sa masse. À l’inverse, dans le cas de TOI-1452 b, les recherches montrent qu’elle est en grande partie composée de quelque chose de moins dense que la roche, mais plus dense que le gaz: signe d’un potentiel océan. En effet, la fraction de la masse en eau liquide de l’exoplanète atteindrait 30%.

“TOI-1452 b est l’une des meilleures candidates pour une planète-océan que nous ayons trouvées à ce jour”, se réjouit Charles Cadieux, doctorant en astrophysique de l’Université de Montréal.

Représentation artistique de la surface de l'exoplanète TOI-1452 b, qui est possiblement entièrement recouverte d'une épaisse couche d'eau liquide.
Représentation artistique de la surface de l’exoplanète TOI-1452 b, qui est possiblement entièrement recouverte d’une épaisse couche d’eau liquide. © Benoit Gougeon – Université de Montréal

“Son rayon et sa masse suggèrent une densité beaucoup plus faible que celle à laquelle on pourrait s’attendre pour une planète essentiellement composée de métal et de roche, comme la Terre”, poursuit-il.

Il s’agirait ainsi d’un océan géant et surtout profond. Par conséquent, TOI-1452 b serait plutôt similaire à certains satellites naturels du système solaire comme Ganymède et Callisto, des lunes de Jupiter, ou Titan et Encelade, des lunes de Saturne.

Des signes de vie?

Pourrait-il y avoir de la vie sur cette planète? “C’est trop tôt pour répondre à cette question, mais on sait que l’eau liquide est essentielle au développement de la vie”, répond René Doyon, directeur de l’Institut de recherche sur les exoplanètes, dans le Journal de Montréal.

Désormais, des observations plus approfondies sont nécessaires. Et TOI-1452 b représente une cible de choix pour le télescope spatial de la Nasa James-Webb. “Des observations avec Webb seront essentielles pour mieux déterminer plus précisément la nature de TOI-1452 b. Dès que nous le pourrons, nous allons solliciter du temps pour observer cette planète étrange”, conclut René Doyon.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici