Un astéroïde de 1 km de diamètre va passer “près” de la Terre

0
65

S’il venait à s’écraser sur notre planète, l’objet spatial pourrait entraîner la disparition d’un quart des espèces.

Ce mardi soir, à l’opposé du scénario du film Don’t look up, ne pas s’occuper de ce qui se passe au-dessus de nos têtes ne devrait pas entraîner la destruction totale de la planète Terre. Car, hasard du calendrier spatial, un peu moins d’un mois après la sortie de cette comédie dramatique relatant l’arrivée imminente d’une comète “tueuse de planète” sur la Terre dans l’indifférence générale des médias et des politiques, un astéroïde doit, à 21h50, “frôler” la planète bleue.

“Soyez tranquilles”

“Frôler” seulement, car au plus près de nous, l’astéroïde dénommé 1994 PC1 sera éloigné de cinq fois la distance Terre-Lune. Une bonne nouvelle, quand on sait que cet objet spatial, mesurant 1 km de diamètre, pourrait, s’il venait à nous toucher, creuser un cratère large de 15 à 20km, produisant lors de l’impact une énergie équivalente à plusieurs milliers de bombes atomiques et menaçant un quart des espèces existantes, comme le rapporte France Info.

L’astéroïde 1994 PC1 a été découvert en 1994 par l’astronome australien Robert McNaught, même si ses premières traces sont recensées dès 1974. Il se déplace actuellement à une vitesse de 19 km par seconde, soit 68.400 km/h.

Sur son compte Twitter, la mission de surveillance des astéroïdes de la Nasa s’est montrée rassurante. “L’astéroïde 1994 PC1 est très documenté et a été étudié pendant des décennies par nos experts. Soyez tranquilles, 1994 PC1 frôlera notre planète à une distance de 1.931.212 kilomètres”.

Un risque statistique très faible

Le passage de 1994 PC1 ce soir ne doit donc pas marquer la fin de l’humanité. Et concernant d’autres astéroïdes, Patrick Michel, spécialiste des astéroïdes au CNRS, s’est montré rassurant dans Ouest-France.

“Statistiquement, 90% des objets d’une taille supérieure à un kilomètre, qui est d’ailleurs le seuil de catastrophe s’ils tombaient sur Terre, sont connus, poursuit le spécialiste. À ce jour, la communauté scientifique en a recensé près de 25 000”, a expliqué le scientifique.

Les spécialistes peuvent anticiper les scénarios de trajectoire sur 20 à 30 ans. Et pour ce qui concerne les comètes, l’objet qui menace la Terre dans Don’t look up et qui diffère des astéroïdes principalement de par la matière qui les composent, là aussi, le risque statistique d’un impact sur la Terre est très faible.

Une mission déjà lancée

Mais si ce dernier venait à se réaliser, la communauté scientifique n’a pas attendu la sortie de Don’t look up pour se mettre en branle.

Le 23 novembre, la Nasa a fait décoller sa mission Dart, qui a pour objectif de se projeter à 24.000 km/h contre l’astéroïde Dimorphos, afin de lui faire dévier sa trajectoire. Ce dernier ne se dirige pas sur la Terre, mais Dart entend mesurer l’efficacité d’une telle mission.

“Pour la première fois, l’humanité va changer le mouvement d’un corps céleste naturel dans l’espace” s’était enthousiasmé lors d’une conférence de presse Tom Statler, un scientifique de la Nasa participant à la mission.

Et l’Union européenne va en 2024 lancer la mission Hera, pour observer les résultats de cette première.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici