Google accuse deux papas de pédopornographie, pour avoir pris des photos de leur enfant nu pour le pédiatre

0
63
Les deux pères ont perdu l’accès à leurs contacts, e-mail, photos et autres documents. wolterke / stock.adobe.com

L’outil automatisé de Google qui détecte les contenus sensibles peut parfois se tromper, mais les comptes, eux, restent bloqués et supprimés.

Stupeur pour Mark*, un citoyen Américain, quand il reçoit une notification de Google. «Il semble que ce compte ait été utilisé d’une manière qui enfreint gravement les règles de Google». La cause de cette décision? Un geste qui lui semblait anodin. L’affaire, qui vient d’être rendue publique, remonte à février 2021. Mark constate que le pénis de son bambin est enflé et qu’il semble souffrir. Premier réflexe : photographier l’anomalie avec son smartphone pour surveiller son évolution. Sa femme prend un rendez-vous d’urgence avec le médecin en téléconsultation pour le lendemain matin. L’infirmière lui demande d’envoyer les photos de son enfant pour que le médecin puisse observer le problème en amont. L’histoire, anodine aurait pu en rester là. C’était sans compter les services de Google.

Suite à cela, Mark perd son accès à son compte Google et aux services associés. Les contacts, e-mail, photos et fichiers qu’il a accumulés sur le cloud depuis une décennie ne lui sont plus accessibles. Les outils algorithmiques développés par Google pour saisir, entre autres, les échanges d’images pédopornographiques, ont intercepté les photos du fils de Mark. «Je sais que les entreprises comme Google nous observent et que notre vie privée n’est pas comme nous le voudrions», raconte le père, selon le New York Times. «Mais je n’ai rien fait de mal».

«Google a mal jugé mon cas, Google gâche ma vie»

Malgré ses demandes auprès de Google pour rétablir son compte, le géant de la tech a refusé, sans plus d’explications. Pire, le papa souscrivait à l’offre mobile de Google Fi, un réseau mobile virtuel. Il n’a donc plus accès à son numéro de téléphone ou à sa boîte mail, il ne peut plus récupérer les codes de sécurité nécessaires pour accéder à d’autres comptes internet. Il est coincé et son compte est aujourd’hui définitivement supprimé. Il apprend dix mois après cette histoire qu’une enquête de police, classée sans suites, avait été menée à son encontre.

Mark n’est pas le seul. Quasiment au même moment, Cassio*, au Texas, vivait la même situation. Celui-ci avait repéré une grosseur sur les parties génitales de son fils et avait transmis des photos à son pédiatre. Google détecte des photos, désactive le compte et n’accepte pas non plus de lui réattribuer. «Google a mal jugé mon cas, Google gâche ma vie», déclarait-il dans un post sur un forum où il expliquait sa situation. L’américain dit ne pas comprendre cette décision et retenir quelques leçons : «N’utilisez pas le téléchargement automatique sur Google Photos» ou «C’est impossible de parler avec un être humain de Google».

De nombreux internautes et journalistes ont réagi à cette histoire sur Twitter.

Selon le New York Times, les avocats pour mineurs affirment que la coopération d’entreprises comme Google est indispensable pour combattre l’échange et la diffusion d’images pédopornographiques. En 2021, le géant de la tech a recueilli 621.583 signalements de documents à caractère pédophile. Mais l’accès à des données privées sans que l’utilisateur en ait conscience peut amener à la diabolisation de comportements innocents et pose des questions morales et éthiques.

* Les papas n’ont pas voulu dévoiler leurs noms de famille.

À VOIR AUSSI – Pédopornographie: l’UE veut imposer la détection des contenus en ligne

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici