Une centaine d’enfants brûlés par du produit désinfectant entre 2017 et 2022, constate l’Anses

0
15

Une mauvaise utilisation de désinfectants dans les toilettes ou sur du mobilier a causé une centaine d’atteintes cutanées, parfois de graves brûlures, chez des enfants de maternelle entre 2017 et 2022, alerte l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) dans un rapport publié jeudi 7 septembre.

Après plusieurs signalements d’atteintes cutanées sévères chez des jeunes enfants en collectivité, l’Anses a analysé les accidents en lien avec l’utilisation de désinfectants biocides entre 2017 et 2022. Sur cette période, 118 cas d’atteintes cutanées ont été enregistrés par les centres antipoison chez des enfants en collectivité, le plus souvent dans les écoles maternelles à la suite de désinfection des toilettes, a constaté l’agence sanitaire.

« Si les atteintes cutanées étaient en très grande majorité de faible gravité, onze enfants ont néanmoins présenté une brûlure du second degré, et un enfant a nécessité une greffe de peau pour une brûlure au troisième degré à la fesse », a relevé l’Agence dans un communiqué.

Forte augmentation de cas pendant la crise du Covid-19

Dotés d’une peau plus fragile, les enfants de moins de 6 ans sont la population la plus concernée, « en particulier les petites filles, qui s’assoient systématiquement sur la cuvette des toilettes », a-t-elle noté.

Pour ces accidents, « une forte augmentation a été observée en 2020 et 2021, très probablement liée au renforcement des actions de désinfection mis en place pendant l’épidémie de Covid-19, notamment la désinfection d’objets tels que des tables, chaises, jouets », a précisé l’Anses.

Mais de nouveaux cas ont été rapportés au début de 2023, ce qui montre que le problème persiste, a-t-elle ajouté. « Les accidents sont principalement liés à des erreurs d’utilisation des désinfectants [absence de rinçage ou de dilution, produit inadapté à l’usage qui en a été fait…] », qui ont « pu être favorisées » par des modalités d’utilisation variables selon la surface désinfectée, des notices d’utilisation pas à disposition ou encore des mentions prêtant à confusion sur les étiquettes, selon les scientifiques.

Pour limiter les risques d’accidents, l’Anses recommande d’utiliser des produits appropriés aux surfaces, de privilégier les produits les moins dangereux, prêts à l’emploi, avec un mode d’emploi clair et simple, rincer les produits après application ou déversement accidentel, ne pas faire de nettoyage-désinfection en présence d’enfants ou encore former le personnel.

En cas de contact avec la peau, il faut enlever les vêtements imprégnés et laver soigneusement la peau avec de l’eau. Si la zone contaminée est étendue ou si des lésions cutanées apparaissent, il faut consulter un médecin ou appeler un centre antipoison. En 2020, l’Anses avait mis en garde contre les intoxications liées aux produits désinfectants.

Lire aussi : Coronavirus : ruée sur certains rayons des magasins en France

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici