AccueilSantéRéseau de la santé...

Réseau de la santé | Quand la gouvernance n’explique pas tout

Le rapport Savoie sur la gouvernance du réseau de la santé présenté cette semaine s’ajoute à l’annonce ministérielle récente de la modification du financement des hôpitaux.

Publié à 13h00

Denis Soulières

Denis Soulières
Hématologue et oncologue médical, CHUM

Ce dernier favorise indûment, à mon avis, la production plus ou moins ordonnée de soins pour des affections peu compliquées au détriment de la prise en charge de maladies complexes. Le rapport Savoie ne change pas cette perception. Permettez-moi d’expliquer.

Le rapport Savoie rapporte à raison des déficiences de supervision du personnel et des ressources. Soit. Mais cette affirmation s’insère malheureusement dans un contexte de vacuum de réelle gestion des objectifs de la santé. De fait, gérer localement permet d’assurer une certaine cohésion et un sentiment d’appartenance des équipes. Cependant, les mandats hospitaliers demeurent vagues, avisant d’offrir des soins de santé à la population.

Ce flou risque de s’accentuer avec le financement au volume des centres hospitaliers. On perçoit donc un manque d’ambition d’assurer une réelle coordination en vue de répondre globalement aux soins de santé de la population et pas simplement à des impératifs de ressources.

À titre d’exemple, on rapportait cette semaine l’échec du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) à constituer un registre des cas de cancer au Québec depuis plus de 10 ans, alors que plusieurs provinces profitent d’un tel registre depuis plus de 40 ans. Sans données, il persiste une incapacité à définir la quantité et la qualité de soins à prévoir pour les patients cancéreux : pour les détecter précocément, pour les diagnostiquer, pour les traiter. Sans ces chiffres et une réelle direction provinciale, il est impossible pour les hôpitaux de prévoir le nombre de chirurgiens et oncologues, de salles d’opération, de chaises de chimiothérapie, de médicaments généraux et novateurs, de ressources de radiologie et de radiothérapie. Ce n’est pas une décentralisation comme celle proposée, bien au contraire, qui viendra permettre une structuration des soins nécessaires. Le rapport demeure muet sur les grandes orientations que devrait prendre le MSSS ou sur la structure dont il se dotera pour le faire.


PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Dominique Savoie, sous-ministre à la Santé et aux Services sociaux

Bien sûr, le rapport Savoie propose la formation d’une instance indépendante responsable de la gestion en priorisant que le MSSS s’implique dans des orientations plus générales. Mais cette proposition ne change rien au fait que le problème principal et urgent du réseau de la santé québécois est un problème de volume et de capacité, et pas uniquement de gestion des ressources actuellement disponibles. Ceci est mis en évidence par la majoration des listes d’attentes et des délais d’accès à des soins. Parce qu’il faut reconnaître deux niveaux de gestion en santé. La gestion de programmes de santé devrait être la responsabilité principale du ministre de la Santé et de son ministère.

Par exemple, il est impensable que la Direction québécoise de lutte au cancer soit inapte à démontrer la disponibilité du réseau pour diagnostiquer et traiter les nouveaux cas de cancer, avec des salles d’opération dédiées, des disponibilités de radiologie propres, des capacités de laboratoires spécialisés, et une hiérarchisation de soins pour les cancers plus rares. Ces ressources doivent aussi nécessairement assurer le respect de guides de pratique établis sur des bases médicales et les délais de soins assurant la plus grande probabilité de survie et de bienfait des soins appliqués. Une fois les objectifs établis on peut actualiser les soins par une gestion du réseau, en négociant, littéralement, les obligations de chaque hôpital ou lieu de soins pour offrir au cumul, pour la province, une quantité suffisante de soins. Ce que je mentionne pour le cancer peut s’appliquer à plusieurs pathologies.

Le financement à l’acte des lieux de soins, sans encadrement par des programmes de soins provinciaux, va, selon moi, à l’encontre d’une gestion intégrante des soins de santé au Québec.

La budgétisation devrait tenir compte de critères de soins bien avant le calcul de leurs coûts ponctuels. La recherche de résultats des soins appliqués, en quantité et en qualité, devrait conséquemment diriger les actions gouvernementales et la définition tant des types que des lieux de soins.

Ainsi, même si on peut saluer l’intention du rapport Savoie de redonner une marge de manœuvre locale pour adapter les soins, la crise actuelle de soins confirme surtout l’étirement des ressources québécoises : en nombre de lits, en personnel, en ressources diagnostiques spécialisées et innovantes, en capacité à générer des données populationnelles. C’est la majoration de cette capacité, en profitant d’un encadrement compétent, qui permettrait d’assurer un système de santé adapté et adaptable aux nouvelles circonstances, comme une pandémie.

Ainsi, le rapport Savoie ne présente pas ce qui devrait motiver une révision de la gouvernance. Le Québec demeure en attente, préalablement, d’une politique de santé globale, touchant l’oncologie, la santé mentale, le dépistage, les maladies métaboliques, etc. Les rapports Savoie, Castonguay, Clair et autres sont l’occasion de discours de révolution de la santé, alors qu’on devrait discourir d’ajustements à la marge dans un réseau apprenant et évolutif, exempt d’influence politique quotidienne.

Le plus populaire

Articles Liés

Lisez maintenant

 “Je n’avais pas de temps à perdre”, Nathalie Marquay raconte son premier rendez-vous étonnant avec Jean-Pierre Pernaut 

Nathalie Marquay était l'invitée du Grand Studio sur RTL ce samedi 11 juin. L'occasion pour elle de faire des confidences concernant sa relation avec Jean-Pierre Pernaut. Nathalie Marquay ne s'en remet pas. Le 2 mars dernier, son cœur, tout comme celui des français, s'est brisé lorsque le décès...

 « Inutile », « ingérable »… La carte vitale biométrique ne convainc pas certains professionnels de santé

Six milliards d’euros minimum par an. C’est ce que représenterait chaque année la fraude à la carte vitale d’après Philippe Mouiller, sénateur LR, à l’origine d’un amendement adopté au Sénat dans...

 Johnny Depp VS Amber Heard : coup de théâtre en pleine délibération ! Le jury troublé par un détail

Le jury a été troublé par un détail lors des délibérations du procès qui oppose Johnny Depp à Amber Heard ce mardi 31 mai. Depuis le 11 avril dernier, Amber Heard et Johnny Depp font face à la justice dans un procès très médiatisé. Ce mardi 31 mai,...

 La Russie annonce l’expulsion de 34 diplomates français ; Bruxelles propose une nouvelle aide financière de neuf milliards d’euros

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png 30 La situation en carte Agrandir Le contexte Live animé par Solène L'Hénoret, Anne Guillard et Marie Slavicek ...

-50 % sur ce super vélo électrique chez Cdiscount!

Cdiscount est une plateforme d’e-commerce d’origine française. De temps en temps, Cdiscount offre des bons plans et des promotions exceptionnelles à ne pas rater. Pour cette fois, le site propose le vélo électrique VAE pliant de ville de la marque MOMA BIKES à moins de 1000 €. Effectivement,...

” Mon espace Santé ” is the new DMP, ah bon t’es sûr ?

Vous allez voir ce que vous allez voir. C’est en quelque sorte le discours des autorités sanitaires depuis qu’a été lancée début 2022 la phase d’ouverture de « Mon Espace Santé » sur...

“25.000 hectares déjà partis en fumée” en France, une précocité “sans précédent”

De la dune du Pilat aux monts d'Arrée, des Bouches-du-Rhône à...

“38% des Français pensent que l’Islam est une menace”, Arthur publie une étude choc et pousse un coup de gueule !

Dans une interview accordée au Point en 2017, Arthur avait confié la raison pour laquelle il avait pris la décision de quitter la France. Pour lui, Paris était synonyme d’angoisse. « Trop de boulot, de stress, de lumière, de bruit… » Las, il choisissait de « tout plaquer pour s’installer...

“98 % des eaux de baignade en Martinique sont conformes” selon l’Agence Rég

Le dernier bilan de la qualité des eaux de baignade en Martinique est conforme à 98%. Du 1er janvier 2020 au 30 septembre 2021, l’ARS, en charge du suivi qualitatif de ces eaux, a effectué 1857 prélèvements, en mer et en rivière. "La tendance est stable et...

“A mon retour de tournage, mon fils ne me parlait plus”

Au côté du regretté Gaspard Ulliel, Céline Sallette est à l'affiche du long-métrage "Un peuple et son roi", diffusé ce lundi 18 juillet 2022 sur France 3. La comédienne, devenue incontournable sur le petit comme sur le grand écran, est aussi à la tête d'une jolie petite...