Pour aider des services pédiatriques en crise, le gouvernement annonce de nouvelles mesures

0
10

Le ministre de la santé, François Braun, a reçu, mercredi 2 novembre, des professionnels de la pédiatrie pour travailler sur l’avenir de cette filière, en grande difficulté en raison de conditions de travail insatisfaisantes et d’un manque de personnel.

Lors d’une conférence de presse, M. Braun a annoncé l’instauration de nouvelles mesures, « de l’ordre de 400 millions d’euros », pour faire face aux problèmes du secteur hospitalier, notamment des services pédiatriques. Cette enveloppe comprend les 150 millions d’aides annoncées en octobre pour « les services en tension de l’hôpital ».

Pour répondre à la « situation préoccupante » liée à l’épidémie de bronchiolite « inquiétante » qui frappe les hôpitaux de plein fouet, le ministre a notamment promis le doublement de la rémunération des heures de nuit pour « l’ensemble des personnels de l’hôpital » jusqu’au 31 mars et l’extension de la prime d’exercice en soins critiques mise en place en janvier 2022, notamment aux puéricultrices des services pédiatriques hospitaliers, qui en étaient jusque-là exclues.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Tensions dans les réanimations pédiatriques d’Ile-de-France en raison du manque de personnel

« Mesures non structurelles »

L’octroi de cette prime à ces professionnelles des services pédiatriques était l’une des revendications portées par les responsables des services de réanimation pédiatriques. M. Braun a par ailleurs acté la prolongation des mesures mises en place cet été dans le cadre de la mission flash, telles que les aides à la médecine de ville et la régulation médicale.

« Nous saluons ces avancées », ont réagi les responsables du Collectif pédiatrie, qui alerte depuis deux semaines le gouvernement sur la crise « inédite » de leurs services, touchés notamment par un manque de personnel. « Mais il s’agit de mesures d’urgence et non structurelles » qui « n’empêcheront pas la fuite des soignants », a ajouté auprès de l’Agence France-Presse Mélodie Aubart, neuropédiatre à l’hôpital Necker-Enfants malades. « Nous attendons encore une reconnaissance de la responsabilité de l’Etat dans la crise que nous traversons ».

Dans les hôpitaux franciliens, les services de réanimation pédiatrique sont saturés, donnant lieu à des transferts de malades.

« Nous sommes aujourd’hui à 31 enfants transportés hors de la région Ile-de-France », en plein « pic » de l’épidémie de bronchiolite, a déclaré M. Braun mardi. Les familles de ces enfants transférés vont être « prises en charge », comme cela avait été le cas lors des transferts de malades du Covid-19 au plus fort de la crise sanitaire, a-t-il précisé.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Crise des urgences pédiatriques : le gouvernement lance un « plan d’action », sans convaincre

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici