Pollution, effets sur la santé… Cinq questions sur la climatisation

0
63

Dans les bureaux, les magasins voire chez les particuliers, la climatisation tourne à plein régime en cette période de canicule. Gênante, trop polluante… Elle ne fait pas que des heureux. Sa mauvaise réputation est-elle justifiée ?

Comment ça fonctionne ?

Les climatiseurs sont composés de deux parties, reliées entre elles en circuit fermé. Le premier appareil, installé en intérieur et appelé l’évaporateur, va prélever l’air chaud qui se trouve dans la pièce. Celui-ci entre en contact avec le liquide frigorifique, alors à l’état gazeux. Ce gaz est comprimé, afin d’en augmenter la pression, ce qui augmente sa température. Il arrive alors dans le « condenseur » (la partie du climatiseur située à l’extérieur), et c’est là que la chaleur est évacuée.

Le fluide frigorifique, redevenu liquide, reste quant à lui dans le circuit, et est renvoyé vers un « détendeur », qui en réduit sa pression. Cela conduit à son évaporation. Ce procédé entraîne une diminution de la température du liquide, qui arrive dans le circuit de l’évaporateur et fait ainsi baisser la température de la pièce.

Pourquoi ça pollue ?

D’abord parce que le gaz frigorigène est un très puissant gaz à effet de serre. S’il ne s’échappe normalement pas au cours de l’utilisation de la climatisation – sauf en cas de fuite -, les émissions se produisent lors de la fabrication, de la maintenance ou à la fin de la vie des climatiseurs, dévoile l’Ademe (Agence de la transition écologique). Or, les gaz frigorigènes ont un pouvoir de réchauffement entre 1300 et 3260 fois plus élevé que le CO2, nous explique de son côté Greenpeace.

Par ailleurs, la climatisation est très énergivore. Selon des chiffres de l’Agence internationale de l’énergie, elle représenterait à elle seule 10 % de la consommation d’électricité du monde. Autre problème pour l’environnement : la climatisation rejette de l’air chaud, ce qui aggrave forcément la sensation de chaleur dans les villes.

Est-ce que la clim’ rend malade ?

Dans certains cas, la climatisation peut avoir des effets sur la santé. « Le premier danger, c’est la différence de température avec l’extérieur, il ne faut donc pas qu’elle soit trop froide », explique Judith Loeb-Mansour, médecin généraliste et auteure de « Aventures et mésaventures d’une médecin de campagne ». Sinon, c’est un peu « comme rester longtemps au soleil puis aller se baigner dans une eau froide : le corps n’est pas content », illustre-t-elle. Avec la climatisation, le choc est évidemment moins fort, mais la différence de température peut tout de même fragiliser le corps et amener à s’enrhumer voire, éventuellement, « entraîner des malaises, plutôt chez des personnes qui sont déjà affaiblies », poursuit la médecin généraliste.

L’autre risque, « c’est qu’une bactérie (notamment la légionellose) se développe dans le bac d’eau de la climatisation », reprend Judith Loeb-Mansour. Un danger cependant atténué si l’installation est bien entretenue.

La climatisation peut avoir un dernier effet, pour les personnes qui disposent d’un terrain sensible : renforcer les allergies. « Dans la mesure où ça brasse de l’air, si cet air est chargé de pollen, ça peut effectivement avoir un petit effet sur les allergies, ce n’est pas illogique », estime la médecin généraliste.

Quels sont les avantages ?

La climatisation présente tout de même des avantages en cas de fortes chaleurs, « surtout pour les personnes fragiles, âgées, qui sont cardiaques ou malades », énumère Judith Loeb-Mansour. Car des températures élevées fatiguent l’organisme. « Le fait d’avoir ne serait-ce que quelques moments au frais permet de mieux supporter la chaleur », poursuit-elle.

Quelles alternatives ?

Il n’y a pas vraiment de solution miracle. Cependant, les ventilateurs ont un impact écologique nettement moins important que les climatiseurs, pointe Greenpeace. Déjà parce qu’ils n’utilisent pas de liquide frigorifique mais aussi parce qu’ils consomment vingt fois moins d’électricité. Il reste ensuite les conseils habituels pour rafraîchir son logement : garder rideaux ou volets fermés dans la journée pour éviter de faire entrer la chaleur, aérer aux heures les plus fraîches, suspendre un drap humide devant une fenêtre ou un ventilateur…

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici