Ouverte il y a un an, la maison de santé Madeleine Brès à Orléans cherche de nouveau un médecin généraliste

0
94

C’est une illustration du casse-tête qu’est devenue la pénurie de médecins dans le Loiret, y compris en centre ville d’Orléans. Le 1er avril 2022, la maison de santé Madeleine Brès à Orléans, ouverte il y a tout juste un an, risque de se retrouver sans médecin généraliste, et cela pourrait avoir des conséquences sur l’offre médicale dans cette structure qui compte une dizaine de professionnels de santé et de salariés. Mais l’établissement et la mairie d’Orléans avancent des solutions. Des précisions sont attendues lors du prochain conseil municipal, ce jeudi 3 février. 

A son ouverture, en janvier 2021, la maison de santé Madeleine Brès comptait deux médecins généralistes. L’une est partie exercer à Tours à la rentrée, et l’autre part en retraite le 31 mars. Problème : sans ce dernier médecin titulaire, les trois adjointes en poste, qui proposent elles aussi des consultations, ne peuvent rester en place. La loi veut que ces jeunes médecins, qui sont diplômées mais qui n’ont pas encore présenté leur thèse universitaire, doivent être placées sous le tutorat d’un médecin senior. 

Bientôt des aides à l’installation dans le centre ville d’Orléans ?

Et ce départ aurait aussi des conséquences sur un poste d’infirmière créé par la structure : une infirmière de pratique avancée, chargée du suivi des malades chroniques. Sans médecin référent pour fixer le cadre de ses interventions, elle ne peut exercer. Trois postes de salariés et de coordinatrice sont également menacés. Il faut donc un médecin titulaire pour que l’activité de la maison de santé continue. 

Les contacts ne manquent pas mais il y a un problème : au moins un candidat a finalement choisi de s’installer ailleurs dans la métropole car les aides à l’installation (jusqu’à 50 000 euros de l’Agence Régionale de Santé auxquels s’ajoutent des fonds plus spécifiques du département du Loiret) y étaient plus intéressantes qu’Orléans. En effet, le centre ville d’Orléans, comme les autres préfectures, ne figure pas dans les zones considérées comme désert médical, l’Etat les juge plus attractives. Olivet, en revanche, fait partie de ce zonage particulier, ainsi que les quartiers de l’Argonne, la Source, Saint Marceau et Dauphine, à Orléans. 

Le projet d’un mini-centre de santé municipal

C’est là que la ville d’Orléans intervient : la majorité municipale, par la voix de son adjoint à la santé, Florent Montillot, annonce qu’elle financera elle-même ces aides à l’installation pour tout praticien qui choisira le centre ville d’Orléans. L’annonce devrait être faite lors du prochain conseil municipal, ce jeudi 3 février.

Autre geste de la mairie d’Orléans : la création, à côté de la structure privée que constitue la maison de santé Madeleine Brès, d’un mini-centre de santé municipal. Elle souhaite y employer des médecins salariés. Elle explique que certains médecins tout juste retraités, souhaitent continuer leur activité, mais pas en libéral. Les salarier, c’est donc une solution, dit-elle, qui devrait d’ailleurs concerner le médecin actuel qui part en retraite le 31 mars. Un accord aurait été trouvé. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici