Le premier jour de la grève des services de santé mentale de Kaiser reçoit un large soutien

0
68
Des travailleurs de la santé mentale de Kaiser Permanente sur le piquet de grève en Californie du Nord [Photo: WSWS] [Photo: WSWS]

Lundi, 2.000 travailleurs de la santé mentale de Kaiser Permanente en Californie du Nord ont entamé une grève pour protester contre les salaires, le manque de personnel et les temps d’attente interminables pour les patients. La grève concerne des psychologues, des thérapeutes, des conseillers en matière de dépendance chimique et des travailleurs sociaux sous l’égide du syndicat National Union of Healthcare Workers (NUHW). Les piquets de grève se sont tenus au premier jour dans les établissements Kaiser de San Francisco, Fresno, Sacramento et San Jose, et sont allés ensuite vers d’autres sites.

Le World Socialist Web Site s’est entretenu avec des grévistes sur le piquet de grève lundi après-midi. Anessa, une psychologue clinicienne de Kaiser Vallejo avec 20 ans d’expérience et un doctorat en psychologie, a expliqué les conditions à Kaiser. «Je ne peux pas voir mes patients, sauf toutes les 6 à 8 semaines. Mes patients sont littéralement en train de se morfondre, de se débattre avec leurs propres crises pendant des semaines et des semaines et se sentent tellement désespérés qu’ils n’ont pas d’autres options que de se faire du mal, que de se suicider. Et s’ils essaient d’obtenir plus d’aide, ils vont alors dans nos services d’urgence. Ils vont vers des niveaux de soins plus élevés alors que tout ce que je veux faire, c’est traiter mes patients».

Loading Tweet …

Selon le NUHW, au cours des 18 derniers mois, 850 praticiens ont quitté Kaiser, soit un taux de rotation annuel de plus de 10 pour cent. Un thème récurrent chez les grévistes du piquet de grève est le sentiment d’être écrasé par l’incapacité à fournir des soins suffisants. Jeremy, un thérapeute conjugal et familial agréé pour Kaiser Walnut Creek, a déclaré: «La raison pour laquelle je suis ici est aussi que de bons soins aux patients ne peuvent pas être fournis par des cliniciens qui sont affaiblis par leurs conditions de travail. Nos cliniciens sont tellement stressés, surchargés de travail, et sont vraiment passionnés par le travail que nous faisons. Ils sont très compétents, mais nous ne pouvons pas faire grand-chose dans de telles conditions. Nous perdons des thérapeutes à un rythme effroyable».

Martelés par la pandémie de COVID-19 et l’aggravation de la crise sociale, les travailleurs de la santé du monde entier se battent pour exiger de meilleurs salaires et conditions de travail. Toujours chez Kaiser, 32.000 travailleurs de la santé du sud de la Californie devaient se mettre en grève en décembre, mais l’Alliance des syndicats de la santé a mis fin à la lutte à la dernière minute et a fait passer un contrat au rabais. Les mécaniciens de la station Kaiser, qui ont fait grève pendant trois mois l’année dernière, travaillent toujours sans contrat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici