Docteur Christophe Fauré : « Il se dégage une vraie sagesse des récits d’expérience de mort imminente »

0
13

La science a-t-elle son mot à dire sur l’au-delà ? Oui, répond le psychiatre Christophe Fauré, dans un livre déroutant. Le médecin, qui s’intéresse aussi au bouddhisme (notamment depuis sa retraite de deux ans dans un centre du bouddhisme tibétain en Dordogne entre 2001 et 2003), s’était déjà longuement penché sur la question du deuil, à travers différents ouvrages. Dans Cette vie… et au-delà. Enquête sur la continuité de la conscience après la mort (Albin Michel, 368 pages, 21,90 euros), qui paraît le 2 novembre − Jour des morts dans la tradition catholique −, il dresse cette fois-ci un état des lieux des avancées de la recherche sur plusieurs types d’« expériences de l’au-delà » vécues à travers le monde par des centaines de milliers d’individus.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés « De l’autre côté, j’ai vu une lumière blanche et des personnes décédées »

Les plus connues sont les expériences de mort imminente (EMI), expression désignant un ensemble de visions et de sensations vécues après un accident, un arrêt cardiaque ou pendant un coma, par exemple. Si toutes les EMI ne se ressemblent pas, de nombreuses personnes racontent avoir vécu la même chose : une sortie du corps, une rencontre avec des êtres mystérieux très majoritairement bienveillants (parfois décrits comme des « êtres de lumière ») et/ou des proches défunts, un « tunnel » dont on a la sensation qu’il conduit quelque part d’où l’on ne revient pas, etc.

Ces récits ont été compilés et analysés par des dizaines de scientifiques – psychiatres, neurologues, biologistes, spécialistes de soins palliatifs –, en particulier dans les pays anglo-saxons. Et il ne faut pas s’arrêter là, avance Christophe Fauré dans un entretien au Monde des religions, et « mettre de plus en plus de science dans ce domaine, pour ne pas le laisser aux fondamentalistes religieux ».

Qu’est-ce qui vous a amené à vous intéresser à ces questions ? Est-ce votre regard de psychiatre ou d’homme tourné sur le bouddhisme qui vous a conduit vers ce sujet ?

J’ai avant tout écrit ce livre avec une attention de médecin. La parution en 1975 de l’ouvrage de Raymond Moody (médecin connu pour ses travaux sur les EMI), La Vie après la vie, avait déjà attisé ma curiosité. Mais je n’ai pas particulièrement d’attrait pour l’extraordinaire et c’est vraiment par la pratique que je me suis intéressé à ces questions et que j’ai eu envie de les creuser.

Au fil du temps, par mon métier de médecin, notamment en soins palliatifs, j’ai rencontré de plus en plus de malades en fin de vie, infirmières, proches de défunts, patients ayant vécu des EMI, personnes en deuil, etc. qui m’ont apporté des témoignages directs sur ce type d’expérience.

Il vous reste 74.94% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici