Angoulême signe la bonne santé du cinéma français

0
52
Ayoub Missioui, Lubna Azabal et Saleh Bakri (de gauche à droite) dans Le Bleu du caftan. Ce drame sentimental délicat de la Marocaine Maryam Touzani a boulerversé le public. Les Films du Nouveau Monde – Ali n’ Productions – Velvet Films – Snowglobe/Ad Vitam

La 15e édition du festival renoue avec une fréquentation record et une jolie sélection.

Le Festival du film francophone d’Angoulême serait-il annonciateur du retour progressif des Français en salle? C’est ce qu’ont ressenti les réalisateurs et acteurs présents dans la cité charentaise à la sortie de la projection de leurs films.

Le cinéaste franco-algérien Mohamed Hamidi, réalisateur de La Vache et du beau film Citoyen d’honneur (sortie le 14 septembre), avec Kad Merad, sur un écrivain Prix Nobel de littérature de retour dans son village natal en Algérie, témoigne: «L’accueil de mon nouveau film a été formidable. En période de disette cinématographique, c’est génial de voir plus de 1200 spectateurs assis et prêts à partager votre film avec enthousiasme. Voir huit salles pleines comme ça, c’était incroyable.»

Cette 15e édition, lancée mardi soir par Line Renaud et Dany Boon venus présenter la comédie dramatique Une belle course de Christian Carion, a eu l’air de préfigurer le retour en salle des Français après deux ans d’éloignement dus à la pandémie et à la montée en puissance…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 79% à découvrir.

Cultiver sa liberté, c’est cultiver sa curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici