AccueilSciences et technologiesLa Russie pourrait-elle vraiment...

La Russie pourrait-elle vraiment faire tomber la Station spatiale sur les États-Unis ?

Cela vous intéressera aussi


[EN VIDÉO] ISS : jusqu’en 2030, et après ?
  La Station spatiale internationale continuera d’accueillir des astronautes du monde entier pour des missions scientifiques jusqu’en 2030. Et de venir en appui des missions de conquête spatiale qui doivent emmener les humains jusqu’à la Lune et même vers Mars. (en anglais) © Nasa 

Si, dans l’espace les relations entre les Russes et ses partenaires occidentaux et japonais dans le programme de la Station spatiale internationale (ISS) ont toujours été cordiales et pragmatiques, la situation a défavorablement évolué. Comme le rappelle l’Agence spatiale européenne, engagée dans plusieurs programmes avec la Russie, « même en période de fortes tensions politiques, les missions spatiales ont toujours été des exemples de coopération pacifique et concrète dans le domaine de la science et de la technologie, au bénéfice de l’humanité ».

Mais, il est à craindre que demain, la coopération spatiale avec la Russie dans de nouveaux programmes sera plus difficile, voire impossible. Cela dit, malgré les fortes tensions entre Poutine et Biden, il est évidemment très peu probable que le maître du Kremlin décide de « s’attaquer » à l’ISS comme pourraient le laisser le croire certaines déclarations d’officiels et de hauts responsables russes.

Si la Russie peut facilement perturber le bon fonctionnement du complexe orbital, voire de le désorbiter de façon incontrôlée et le faire retomber sur Terre, ce n’est pas aussi simple que cela y parait. Comme expliqué dans un précédent article, en janvier 2031, date de la fin de vie de l’ISS, trois cargos russes Progress seront nécessaires pour le désorbiter de façon contrôlée au-dessus du point Nemo. Aujourd’hui, le seul cargo Progress amarré à l’ISS n’est pas suffisant pour cela.

Dans la pire des situations, Poutine pourrait ordonner aux cosmonautes russes à bord de l’ISS de l’évacuer, puis d’allumer les moteurs du Progress en accélérant très fortement avec un biais pour l’amener sur une orbite aussi basse que possible jusqu’à un stade où il ne serait plus possible de la remonter. Parmi les autres possibilités, celle de générer un très fort couple de façon à la faire tournoyer sur elle-même de façon irrattrapable.

Dans les deux cas, la Nasa ne pourrait rien faire. Elle a bien démontré la faisabilité théorique de remonter l’orbite de la Station à l’aide d’un cargo Cygnus sauf qu’ils sont d’aucune utilité pour ce type de manœuvre car les ports sur lesquels s’amarrent les Cygnus ne sont pas alignés dans le bon sens. C’est d’ailleurs pour cela que l’ATV de l’Agence spatiale européenne s’amarrait au même endroit que les cargos Progress russes pour remonter l’orbite de la Station.

Conflit en Ukraine : et si les Russes avaient aussi préparé les hostilités dans l’espace

Soyons réalistes, les Russes ne désorbiteront pas de force l’ISS car ils n’ont aucun moyen de contrôler sa rentrée de sorte que ce qui ne sera pas détruit lors de la traversée de l’atmosphère pourrait s’écraser sur le territoire russe, chinois ou sur l’un de ses alliés ! À cela s’ajoute que la partie russe vaut tout de même plusieurs milliards de dollars et qu’ils comptent l’utiliser jusqu’en 2030.

Néanmoins, les Russes ont bien un pouvoir de nuisance en orbite basse. Et c’est peut-être là que la situation pourrait être la plus problématique pour les Américains et les Européens. D’après plusieurs spécialistes, les Russes ont peut-être préparé une nouvelle forme de guerre asymétrique avec le tir Asat du 15 novembre 2021 quand un missile a détruit un de leurs vieux satellites d’écoute électronique. En soit, la destruction d’un satellite en vol n’est pas nouveau mais ce qui a changé dans ce cas, et très peu de personne s’en sont rendu compte dans un premier temps, c’est que ce tir Asat avait comme objectif caché de perturber le bon fonctionnement des satellites Starlink de SpaceX qui se trouvent sur une orbite complémentaire. 

La distribution des débris telle que produite par l’explosion du satellite avait certainement pour but de contraindre les satellites Starlink à réaliser de nombreuses manœuvres. Il faut savoir que les débris russes génèrent des salves, des grappes d’alertes pour de nombreux satellites ! Et ça, c’est inédit.

Un nuage de débris au comportement inédit…

Habituellement, après la destruction d’un satellite, le nuage de débris a perdu toute sa cohésion au bout de 6 à 12 mois, ce qui ne semble ne pas être le cas avec ce nuage. Rétrospectivement, on peut penser que le tir Asat du 15 novembre a permis aux Russes, et c’est une hypothèse forte et plutôt surprenante, de s’entraîner pour la situation d’aujourd’hui. Pas pour menacer la Station spatiale internationale mais pour perturber le fonctionnement de nombreux satellites américains, qu’ils soient des satellites d’observation civils et militaires ou ceux de la constellation Starlink.

…Pour perturber le fonctionnement de nombreux satellites américains, d’observation civils et militaires ou ceux de la constellation Starlink

Il faut savoir que l’impact contre le satellite avait comme particularité des incréments de vitesse faibles de sorte que les débris ne se sont pas dispersés comme d’habitude. Force est de constater l’intelligence de la manœuvre. Les débris, avec une inclinaison d’environ 82 ° sont aussi complémentaires de l’inclinaison à 98° qui est l’inclinaison des satellites héliosynchrones.

Cette orbite est utilisée par de nombreux satellites d’observation, météorologiques ou de télédétection par exemple. Résultat, cela donne un très grand nombre d’alertes de risques de collision avec, potentiellement, des collisions de face par paquet. Comme si une mitraillette tirait plusieurs centaines de débris en grappe en direction d’un satellite !

Concrètement, plutôt que d’attaquer frontalement un satellite militaire américain, typiquement de type Keyhole, l’idée serait de détruire un satellite russe qui se trouve à proximité, de sorte que le nuage de débris généré, soumette le satellite à un « mitraillage » de débris en règle…

Soutenez votre média scientifique indépendant : découvrez nos formules d’abonnements !

4 bonnes raisons de s’abonner à Futura sur Patreon :

  1. Un site sans aucune publicité à partir de 3,29 euros par mois.
  2. C’est sans engagement.
  3. Des accès à des contenus prioritaires, en avant-première, rien que pour vous.
  4. Vous soutenez notre activité de la meilleure manière possible. Une réelle motivation pour nous !

Intéressé par ce que vous venez de lire ?

Le plus populaire

Articles Liés

Lisez maintenant

 “Je n’avais pas de temps à perdre”, Nathalie Marquay raconte son premier rendez-vous étonnant avec Jean-Pierre Pernaut 

Nathalie Marquay était l'invitée du Grand Studio sur RTL ce samedi 11 juin. L'occasion pour elle de faire des confidences concernant sa relation avec Jean-Pierre Pernaut. Nathalie Marquay ne s'en remet pas. Le 2 mars dernier, son cœur, tout comme celui des français, s'est brisé lorsque le décès...

 « Inutile », « ingérable »… La carte vitale biométrique ne convainc pas certains professionnels de santé

Six milliards d’euros minimum par an. C’est ce que représenterait chaque année la fraude à la carte vitale d’après Philippe Mouiller, sénateur LR, à l’origine d’un amendement adopté au Sénat dans...

 Johnny Depp VS Amber Heard : coup de théâtre en pleine délibération ! Le jury troublé par un détail

Le jury a été troublé par un détail lors des délibérations du procès qui oppose Johnny Depp à Amber Heard ce mardi 31 mai. Depuis le 11 avril dernier, Amber Heard et Johnny Depp font face à la justice dans un procès très médiatisé. Ce mardi 31 mai,...

 La Russie annonce l’expulsion de 34 diplomates français ; Bruxelles propose une nouvelle aide financière de neuf milliards d’euros

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ukraine-cartes-infographie/derniere-maj-ukraine-avancee-russe.png 30 La situation en carte Agrandir Le contexte Live animé par Solène L'Hénoret, Anne Guillard et Marie Slavicek ...

-50 % sur ce super vélo électrique chez Cdiscount!

Cdiscount est une plateforme d’e-commerce d’origine française. De temps en temps, Cdiscount offre des bons plans et des promotions exceptionnelles à ne pas rater. Pour cette fois, le site propose le vélo électrique VAE pliant de ville de la marque MOMA BIKES à moins de 1000 €. Effectivement,...

“25.000 hectares déjà partis en fumée” en France, une précocité “sans précédent”

De la dune du Pilat aux monts d'Arrée, des Bouches-du-Rhône à...

“38% des Français pensent que l’Islam est une menace”, Arthur publie une étude choc et pousse un coup de gueule !

Dans une interview accordée au Point en 2017, Arthur avait confié la raison pour laquelle il avait pris la décision de quitter la France. Pour lui, Paris était synonyme d’angoisse. « Trop de boulot, de stress, de lumière, de bruit… » Las, il choisissait de « tout plaquer pour s’installer...

“98 % des eaux de baignade en Martinique sont conformes” selon l’Agence Rég

Le dernier bilan de la qualité des eaux de baignade en Martinique est conforme à 98%. Du 1er janvier 2020 au 30 septembre 2021, l’ARS, en charge du suivi qualitatif de ces eaux, a effectué 1857 prélèvements, en mer et en rivière. "La tendance est stable et...

“A mon retour de tournage, mon fils ne me parlait plus”

Au côté du regretté Gaspard Ulliel, Céline Sallette est à l'affiche du long-métrage "Un peuple et son roi", diffusé ce lundi 18 juillet 2022 sur France 3. La comédienne, devenue incontournable sur le petit comme sur le grand écran, est aussi à la tête d'une jolie petite...

“A toi grossophobe” : Amel Bent critiquée sur son poids, elle envoie une réponse explosive !

Si la teneur des propos n'a pas été révélée par la principale intéressée, Amel Bent a néanmoins pris la parole dans sa story Instagram (voir diaporama). Agacée par les commentaires au sujet de ses formes - rappelons qu'elle a accouché au début du mois d'avril -, la...