Taïwan affirme que les manœuvres chinoises violent ses eaux territoriales

0
55

Selon l’armée chinoise, une partie des opérations militaires organisées en réponse à la visite de l’élue américaine auront lieu à 20 kilomètres des côtes de l’île.

Article rédigé par


Publié


Mis à jour

Temps de lecture : 1 min.

Les exercices militaires chinois annoncés en représailles à la visite à Taïwan de Nancy Pelosi, constituent une violation des eaux territoriales taïwanaises, d’après le ministère de la Défense de l’île. “Certaines des manœuvres de la Chine empiètent sur les eaux territoriales de Taïwan”, a déclaré mercredi 3 août le porte-parole du ministère, Sun Li-fang, lors d’une conférence de presse. “Il s’agit d’un acte irrationnel visant à défier l’ordre international.”

Opposée à toute initiative donnant aux autorités taïwanaises une légitimité internationale, la Chine est vent debout contre tout contact officiel entre Taïwan, que Pékin considère comme l’un de ses territoires à “réunifier”, et d’autres pays. Elle avait ainsi menacé Taïwan et les Etats-Unis en cas de visite de la présidente de la Chambre des représentants américaine sur l’île. Elle a ensuite annoncé une série d’exercices militaires à munitions réelles autour de l’île. Selon l’armée chinoise, une partie des opérations auront lieu à 20 kilomètres des côtes de l’île.

“Taïwan ne reculera pas”

“Face à des menaces militaires délibérément accrues, Taïwan ne reculera pas” a réagi Tsai Ing-wen, la présidente taïwanaise. “Nous allons (…) continuer à défendre la démocratie”, a-t-elle affirmé lors de sa rencontre avec Nancy Pelosi, qu’elle a remercié pour avoir “pris des mesures concrètes pour montrer [son] soutien indéfectible à Taïwan en ce moment critique”.

“Aujourd’hui, notre délégation est venue à Taïwan pour dire sans équivoque que nous n’abandonnerons pas notre engagement envers Taïwan et que nous sommes fiers de notre amitié durable”, a déclaré Nancy Pelosi, la présidente de la Chambre des représentants américaine, aux côtés de la présidente de l’île.

Le Japon s’est dit “préoccupé” face aux “actions militaires ciblées” promises par Pékin, dont certaines auront lieu à l’intérieur de la zone économique exclusive japonaise. De son côté, la Corée du Sud a appelé au dialogue pour maintenir la paix et la stabilité dans la région.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici