Sao Tomé-et-Principe : une tentative de coup d’Etat mise en échec, selon le premier ministre

0
13

Une tentative de coup d’Etat a échoué dans la nuit de jeudi à vendredi 25 novembre, à Sao Tomé-et-Principe, petit archipel du golfe de Guinée considéré comme un modèle régional de démocratie parlementaire, a annoncé le premier ministre, Patrice Trovoada.

Quatre hommes, dont le président de l’Assemblée nationale sortante, Delfim Neves, et Arlecio Costa, un ancien mercenaire déjà impliqué dans une tentative de putsch en 2009, ont été arrêtés après s’être attaqués au quartier général de l’armée, précise M. Trovoada dans une vidéo authentifiée et envoyée à l’Agence France-Presse (AFP) à Libreville par la ministre de la justice, Ilsa Maria dos Santos Amado Vaz.

« Je veux rassurer tout le monde, les forces armées ont la situation sous contrôle », y déclare le chef du gouvernement, qui apparaît assis à un bureau, les traits tirés, en tee-shirt blanc sous un vêtement de pluie bleu. « Il y a eu une tentative de coup d’Etat qui a débuté autour de 0 h 40 et (…) s’est terminée peu après 6 heures du matin », poursuit-il, ajoutant que les forces armées ont « subi une attaque dans une caserne ». Un militaire « pris en otage » a, selon lui, été blessé, « mais il pourra reprendre ses activités dans quelques jours ».

Une habitante jointe par l’AFP a dit avoir entendu des « tirs d’armes automatiques et d’armes plus lourdes, ainsi que des détonations, deux heures durant, à l’intérieur du QG de l’armée » à Sao Tomé, la capitale.

Delfim Neves, président de l’Assemblée sortante, a cédé son poste le 11 novembre, au début de la nouvelle législature issue des législatives du 25 septembre, remportées par le parti de centre droit de M. Trovoada, l’Action démocratique indépendante (ADI), qui a obtenu la majorité absolue. M. Neves avait également été éliminé au premier tour de la présidentielle du 18 juillet 2021 remportée par Carlos Vila Nova (ADI). Arlecio Costa appartenait, quant à lui, au groupe sud-africain bataillon Buffalo, démantelé en 1993 par Pretoria. En février 2009, alors chef de file d’un parti d’opposition, il avait déjà été arrêté et accusé d’être le meneur d’une tentative de coup d’Etat.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici