Macron, Biden, Johnson et Scholz appellent à une mission « rapide » à la centrale de Zaporijia

0
40
ALEXANDER ERMOCHENKO / REUTERS A view shows the Zaporizhzhia Nuclear Power Plant in the course of Ukraine-Russia conflict outside the Russian-controlled city of Enerhodar in the Zaporizhzhia region, Ukraine August 4, 2022. REUTERS/Alexander Ermochenko

ALEXANDER ERMOCHENKO / REUTERS

Photo de la centrale nucléaire de Zaporijjia en Ukraine le 5 août 2022.

GUERRE EN UKRAINE – L’inquiétude demeure autour de la centrale de Zaporijia. Dirigeants américains, français, allemands et britanniques ont appelé de manière commune ce dimanche 21 août à la « retenue » autour du site de la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia, la plus grande d’Europe, actuellement occupée par l’armée russe.

Les présidents Joe Biden et Emmanuel Macron ainsi que le chancelier Olaf Scholz et le Premier Ministre Boris Johnson ont aussi demandé l’envoi « rapide » sur place d’une mission des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), selon le porte-parole d’Olaf Scholz, à la suite d’un appel téléphonique commun.

La recrudescence des combats autour de cette centrale nucléaire du sud de l’Ukraine -les deux belligérants se rejetant mutuellement la responsabilité des attaques- a fait resurgir le spectre d’une catastrophe pire que celle de Tchernobyl.

Lors de leurs entretiens dimanche, les quatre dirigeants occidentaux ont également « convenu que le soutien à l’Ukraine dans sa défense contre l’agression russe serait maintenu ».

Suites de l’accord Macron-Poutine

Vendredi, la présidence française avait affirmé que le chef de l’État russe Vladimir Poutine avait accepté que les inspecteurs de l’AIEA fassent une visite d’inspection à la centrale.

Dans un communiqué, le directeur général de l’Agence internationale de l’énergie atomique, Rafael Grossi, s’était alors « félicité des récentes déclarations indiquant que l’Ukraine et la Russie soutenaient l’objectif de l’AIEA d’envoyer une mission » à Zaporijjia. Cette organisation « est en consultation active avec toutes les parties » pour y dépêcher « dès que possible » une équipe que M. Grossi « dirigera lui-même », selon ce même texte.

« Dans cette situation hautement volatile et fragile, il est d’une importance vitale qu’aucune nouvelle action ne soit entreprise qui pourrait mettre davantage en danger (…) l’une des plus grandes centrales nucléaires du monde », a insisté le patron de l’AIEA. « Le rétablissement d’une sécurité totale » sur ce site « pourra commencer après que la mission aura commencé son travail », a quant à lui commenté dans la soirée le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Un diplomate expliquait vendredi auprès de l’AFP que les Occidentaux s’inquiétaient surtout du maintien du refroidissement par eau des réacteurs nucléaires, plus que de l’impact d’un tir, car ils sont conçus « pour résister » au « pire ».

À voir également sur Le HuffPost : La Russie va doter sa flotte d’un missile hypersonique Zircon

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici