L’homme qui a poignardé Salman Rushdie s’est dit « étonné » que l’écrivain ait survécu

0
38

L’homme accusé d’avoir poignardé Salman Rushdie a déclaré, mercredi 17 août, dans un entretien au New York Post, être « étonné » que l’auteur ait survécu à l’attaque, perpétrée il y a une semaine lors d’une conférence dans l’Etat de New York.

« Quand j’ai entendu qu’il avait survécu, j’étais étonné », a dit Hadi Matar au quotidien américain, qui déclare l’avoir contacté en prison. Le suspect, arrêté immédiatement après l’agression, a plaidé non coupable, samedi, de tentative de meurtre et doit comparaître à nouveau jeudi devant un tribunal.

M. Matar, 24 ans, n’a pas dit s’il avait été inspiré par la fatwa lancée par l’ayatollah Khomeyni en 1989, appelant à la mort de l’auteur des Versets sataniques. « J’ai de l’estime pour l’ayatollah. Je pense que c’est quelqu’un de remarquable. C’est tout ce que je dirais à ce propos », a-t-il assuré au tabloïd new-yorkais, qui écrit que les avocats de M. Matar lui avaient conseillé de ne pas parler de ce sujet.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés L’homme qui a poignardé Salman Rushdie, un Américain d’origine libanaise obsédé par la révolution iranienne

Hadi Matar a dit au journal avoir lu « quelques pages » du roman de Salman Rushdie. L’auteur britannique de 75 ans, poignardé une dizaine de fois et évacué en hélicoptère vers un hôpital, a été brièvement placé sous respirateur avant que son état s’améliore. « La voie du rétablissement a commencé », avait souligné son agent dimanche.

Revenu « changé » d’un voyage au Liban, selon sa mère

« Je n’aime pas cette personne. Je ne pense pas qu’il soit un homme bien », a lancé le suspect au New York Post à propos de l’intellectuel. « Je ne l’aime pas, je ne l’aime vraiment pas », a-t-il encore insisté. « C’est quelqu’un qui a attaqué l’Islam », a-t-il ajouté.

En regardant des vidéos de l’auteur sur YouTube, il l’a trouvé « hypocrite », a-t-il poursuivi. Il a assuré ne pas être en contact avec les gardiens de la révolution iraniens et avoir appris la présence de M. Rushdie à une conférence d’un centre culturel à Chautauqua, dans le nord-ouest de l’Etat de New York, par Twitter.

Originaire de l’Etat du New Jersey, il a raconté au média américain avoir pris le bus jusqu’à la ville de Buffalo, puis un VTC pour se rendre à Chautauqua. « Je ne faisais rien de particulier, je me baladais, a-t-il détaillé. J’étais juste dehors tout le temps. »

Alors que Salman Rushdie montait sur la scène d’un amphithéâtre, un homme s’est précipité sur l’estrade avant de le poignarder plusieurs fois, notamment au cou et à l’abdomen. Hadi Matar était revenu, en 2018, « changé » et plus religieux d’un voyage au Liban, pays d’origine de sa famille, avait affirmé sa mère lundi au site Internet du Daily Mail.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le monde littéraire réagit à l’agression de Salman Rushdie : « Attaquer les écrivains ne les fait pas taire. Cela ne fait qu’amplifier leur voix »

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici