les gestes pour réduire la température chez soi sans climatisation

0
92

LA LISTE DE LA MATINALE

Cet été, votre mission, si vous l’acceptez : vous passer de la climatisation ! Energivore, elle représente 10 % de la consommation électrique mondiale, selon l’Agence internationale de l’énergie. Polluante, elle participe au réchauffement climatique en raison des fuites ou du mauvais recyclage des fluides frigorigènes, qui sont de puissants gaz à effet de serre. Calorifique, elle est en partie responsable de la « surchauffe urbaine », en augmentant à elle seule de 1 à 1,5 °C la température en ville par rapport à celle de la campagne environnante – le différentiel total pouvant atteindre 8 °C en cas de canicule.

Or, si nous ne faisons rien pour limiter le réchauffement climatique, d’ici à la fin du siècle, nous pourrions aller vers des températures de 50 °C, voire supérieures à 55 °C. « Les vagues de chaleur vont doubler ou tripler de fréquence. Il est donc urgent d’adapter nos habitudes mais aussi les formes urbaines », prévient Charlotte Izard, responsable climat et territoire au Réseau action climat.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Vagues de chaleur : comment la France s’y prépare

Voici quelques solutions pour agir dès maintenant dans votre maison ou votre appartement.

Niveau débutant : avoir la maîtrise de son air

1 – Préserver la température intérieure. Pour vous qui débutez, cela va mieux en le disant : il faut fermer les volets en journée dès que le soleil tape sur la fenêtre ou le faire avant de partir travailler le matin. « Les volets roulants sont ceux qui isolent le mieux, l’air qu’ils renferment servant d’isolant », explique Florence Clément, coordinatrice de l’information grand public à l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe). Fermer aussi les fenêtres dès que la température extérieure dépasse celle de votre logement. Profiter de la nuit pour aérer, ce qui permet de refroidir les murs, les plafonds, les planchers, qui emmagasineront la fraîcheur pour la restituer dans la journée. Traquer les appareils électriques : en cas de grosse chaleur, pas question de cuire un poulet ou de travailler avec l’ordinateur portable sur les genoux.

Si vous disposez d’un étage sous les toits, la nuit, vous pouvez faire un courant d’air efficace appelé « effet cheminée » en ouvrant un Velux et une fenêtre en bas. « Cela créera un mouvement d’air ascendant plus à même de chasser la chaleur vers l’extérieur des combles », poursuit Florence Clément. Si vous craignez de laisser une fenêtre ouverte en bas toute la nuit, scellez une grille devant l’ouverture.

2 – Créer un refroidissement naturel. Faites sécher du linge très humide à l’intérieur des pièces ou encore humidifiez un pot de terre cuite que vous aurez arrosé dans une bassine et placez-la à l’endroit où le logement est ensoleillé : en séchant, le linge et la terre cuite dégagent de l’eau évaporée, ce qui crée une climatisation naturelle, recommande Julien Dossier, directeur du cabinet de conseil Quattrolibri et auteur de Renaissance écologique, 24 chantiers pour le monde de demain (Editions Actes Sud). « En Inde, la méthode du beehive cooling, qui consiste à empiler des pots en terre cuite devant les maisons, crée un différentiel de température de plus de 10 °C entre l’extérieur et l’intérieur. »

Il vous reste 63.34% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici