Le Parlement européen qualifie la Russie d’« Etat promoteur du terrorisme »

0
9

Le Parlement européen a qualifié, mercredi, la Russie d’« Etat promoteur du terrorisme » en raison de son offensive militaire en Ukraine et a appelé les vingt-sept Etats membres de l’Union européenne (UE) à faire de même. Dans le texte adopté par 494 voix pour, 58 contre et 44 abstentions, les eurodéputés la décrivent « comme un Etat promoteur du terrorisme et comme un Etat qui utilise des moyens terroristes ».

« La Russie doit être isolée à tous les niveaux et tenue pour responsable afin de mettre un terme à sa politique de longue date en matière de terrorisme en Ukraine et dans le monde entier », a rapidement réagi sur Twitter le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, saluant la décision des eurodéputés qui, en l’absence de cadre juridique adéquat, est essentiellement symbolique.

Le chef de l’Etat, qui plaide de longue date pour cette mesure, avait déjà trouvé écho notamment auprès des parlements d’Estonie, Lituanie et Lettonie, ainsi que de l’Assemblée parlementaire du Conseil de l’Europe (APCE), qui a invité en octobre les quarante-six pays membres de l’organisation paneuropéenne de défense des droits humains à déclarer le régime russe comme « terroriste ». L’administration du président américain, Joe Biden, de son côté, refuse d’employer cette qualification pour la Russie.

« Nous avons appelé un chat un chat. (…) La reconnaissance de ce fait par le Parlement européen envoie un signal politique clair. L’Europe, les Européens ne veulent pas rester passifs, alors que leur grand voisin viole toutes les normes humanitaires et internationales », a déclaré l’eurodéputé lituanien et ancien premier ministre, Andrius Kubilius (PPE, droite).

Dans le texte adopté mercredi, les eurodéputés invitent l’UE et les Etats membres à mettre en place un « cadre juridique européen » qui permettrait de prendre contre les pays qualifiés de promoteurs du terrorisme « une batterie de lourdes mesures restrictives et qui aurait pour effet de limiter de manière importante les relations de l’Union » avec les pays en question.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici