L’Allemagne va reconnaître l’Holodomor, la famine ukrainienne des années 1930, comme un « génocide »

0
8

L’Allemagne va adopter une résolution reconnaissant comme un « génocide » la famine en Ukraine provoquée il y a quatre-vingt-dix ans par le régime stalinien, selon un projet de résolution de la coalition et de l’opposition, dévoilé vendredi 25 novembre.

Celui-ci, déposé par la coalition au pouvoir formée par le Parti social-démocrate (SPD), les Verts et les libéraux du FDP, ainsi que par l’opposition conservatrice CDU-CSU, sera débattu mercredi prochain au Bundestag, la chambre basse du Parlement.

En 1932 et 1933, environ 3,5 millions d’Ukrainiens ont été victimes de l’« Holodomor » (qui signifie en ukrainien « extermination par la faim ») commis par le régime stalinien. Les récoltes étaient confisquées au nom de la collectivisation des terres.

Lire l’enquête : Article réservé à nos abonnés La relecture de la seconde guerre mondiale, autre front entre la Russie et l’Ukraine

Cette famine s’inscrit « dans la liste des crimes inhumains commis par des systèmes totalitaires qui ont fait disparaître des millions de vies humaines en Europe, notamment dans la première moitié du XXsiècle », condamne le projet de résolution, consulté par l’Agence France-Presse.

Ce crime « fait partie de notre histoire commune en tant qu’Européens ». « C’est toute l’Ukraine qui a été touchée par la famine et la répression, et pas seulement ses régions productrices de céréales », souligne le projet de résolution. « Dans la perspective actuelle, il est donc évident qu’il s’agit d’un génocide sur le plan historique et politique », ajoute-t-il.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Histoire de l’Ukraine : des princes de Kiev à l’indépendance, mille ans d’identité ukrainienne

La Russie refuse catégoriquement une telle classification

Cette classification comme « génocide », un concept forgé lors de la seconde guerre mondiale, revêt aussi une signification actuelle avec l’invasion russe de l’Ukraine. « Une fois de plus, la violence et la terreur doivent priver l’Ukraine de ses bases vitales et soumettre l’ensemble du pays », souligne le député écologiste Robin Wagener, qui fait partie de ceux qui sont à l’origine du texte. Qualifier l’Holodomor de « génocide » est un « signal d’avertissement », selon lui.

Le président russe Vladimir Poutine « s’inscrit dans la tradition cruelle et criminelle de Staline », dénonce, en outre, M. Wagener.

L’Ukraine fait campagne depuis des années pour que l’Holodomor soit reconnu comme un génocide. La Russie refuse catégoriquement une telle classification, car la grande famine qui a sévi en Union soviétique au début des années 1930 n’a pas seulement fait des victimes ukrainiennes, mais aussi russes, kazakhes, allemandes de la Volga ou encore d’autres peuples.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Gérard Bensussan : « Le cas russe est un très bon objet d’observation du négationnisme »

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici