La Suisse multiplie les mesures contre les risques de pénurie d’énergie cet hiver

0
57

La Suisse couvre près de 95% de ses besoins énergétiques grâce au pétrole, à l’électricité, au  gaz naturel et au bois, et la grande majorité de cette énergie doit être importée, selon l’Office fédéral pour l’approvisionnement économique du pays. Or, ça ne vous aura pas échappé, le gaz et le pétrole commence à fortement manquer en Europe en raison du conflit ukrainien.

En décembre 2021, avant même l’invasion de Moscou, le gouvernement suisse a mis sur pied une organisation de crise tournée sur le marché de l’électricité. Ses compétences ont été étendues depuis au gaz. Pressé d’agir, le gouvernement a annoncé ce mercredi vouloir réduire de 15% la consommation de gaz en Suisse cet hiver, emboîtant le pas à l’UE.

Pas de stock de gaz dans le pays

La Suisse ne dispose pas d’installations de stockage de gaz sur son sol et dépend entièrement des importations. Jusqu’à trois quarts des livraisons de gaz en Suisse se font via l’Allemagne. La Suisse serait donc également touchée par des pénuries de gaz dans l’UE et en particulier en Allemagne

«Si les installations de stockage ne peuvent pas être remplies comme prévu, une situation de pénurie ne peut pas être exclue pour l’hiver prochain», selon l’Office fédéral de l’énergie. Le 18 mai, le gouvernement a décidé de renforcer l’approvisionnement en gaz pour l’hiver prochain, exigeant de l’industrie gazière suisse qu’elle s’assure de capacités de stockage suffisantes dans les pays voisins et qu’elle dispose d’options pour des livraisons de gaz supplémentaires.

Des centrales de réserve

Le 22 mai au Forum économique mondial de Davos, les ministre suisses de l’Energie, Simonetta Sommaruga, et de l’Economie, Guy Parmelin, ont par ailleurs convenu avec le vice-chancelier allemand Robert Habeck d’entamer des négociations pour un «accord de solidarité» sur l’acheminement du gaz entre l’Allemagne et la Suisse. 

Des discussions sont également en cours avec la France et l’Italie. Berne examine aussi comment la mise en place de capacités de stockage de gaz en Suisse peut être encouragée. Le 16 février, la Suisse, qui compte plus de 680 centrales hydrauliques, a aussi décidé de mettre en place une réserve hydroélectrique dès l’hiver 2022/2023: il s’agit d’obliger les exploitants de certaines centrales hydroélectriques à conserver, contre rémunération, une certaine quantité d’eau – et donc d’énergie – pouvant être mise à disposition en cas de besoin.

Economiser l’énergie

Face au spectre d’une pénurie d’électricité, le gouvernement a également décidé le 17 août de lancer les négociations pour définir des centrales de réserve qui fonctionneraient au gaz ou au pétrole. La Confédération souhaite pouvoir faire appel à ces centrales de réserve dès la fin de l’hiver prochain.

Une campagne d’économies à l’échelle nationale doit par ailleurs bientôt être lancée par le gouvernement, afin de communiquer à la population et aux entreprises des mesures d’économie d’énergie simples et rapides à mettre en oeuvre. Enfin, le 18 août, les villes, les communes, les cantons et la Confédération ont signé une charte visant à accélérer le développement des réseaux thermiques, afin de réduire le nombre de systèmes de chauffage au mazout et au gaz.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici