La Russie attise une crise énergétique sans précédent en Moldavie

0
12

Mauvaise passe pour la Moldavie. Alors que l’ex-république soviétique de deux millions et demi d’habitants est en pourparlers avec ses créditeurs occidentaux pour parvenir à faire face à la pire crise énergétique en trente ans, le gouvernement proeuropéen trébuche sur un scandale politique. Selon la télévision privée moldave TV8, des pourparlers étaient en cours au palais présidentiel, dimanche 13 novembre au soir, pour trouver un éventuel remplacement à la première ministre, Natalia Gavrilita. En cause, la nomination contestée d’un procureur anticorruption par le ministre de la justice, Sergiu Litvinenco. Plusieurs magistrats et des membres de l’opposition réclament sa démission, sur fond de baisse de popularité de la présidente proeuropéenne, Maia Sandu, élue en 2020, alors que des manifestations sont organisées chaque dimanche par l’opposition prorusse.

Exaspérée par les interférences de Moscou dans les affaires intérieures de son pays, la présidente avait, le 2 novembre, déclaré à une chaîne roumaine que Moscou utilisait ses services secrets et les membres de partis prorusses en Moldavie « pour orchestrer des manifestations où les gens expriment leur insatisfaction face à la montée des prix ». Selon Maia Sandu, « ces actions visent à déstabiliser la situation politique en Moldavie (…). Nous avons une forte inflation, que les forces prorusses tentent d’utiliser afin de renverser le gouvernement moldave ».

L’invasion de l’Ukraine par la Russie polarise à l’extrême le débat politique. Le 10 novembre, un débat parlementaire a opposé l’ancien président communiste Vladimir Voronine au président du Parlement, Igor Grosu, membre du Parti pour l’action et la solidarité (PAS) proeuropéen.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Célébrations du 9-Mai à Chisinau : la démonstration de force des prorusses

Le débat s’est ouvert sur le thème des combattants moldaves engagés aux côtés des forces ukrainiennes. Ils seraient au nombre de trois cents, selon la télévision publique moldave. Vladimir Voronine, qui est décrit comme prorusse, a demandé que l’identité de ces combattants soit divulguée. Igor Grosu a rétorqué que les autorités devraient plutôt enquêter sur ceux qui se battent aux côtés des Russes et a déclaré qu’il espérait voir l’Ukraine triompher dans cette guerre.

« Chaque frappe d’un missile russe contre l’Ukraine est un missile contre notre sécurité énergétique », Nicu Popescu, chef de la diplomatie moldave

La guerre voisine a profondément perturbé la fragile économie moldave, l’un des pays les plus pauvres d’Europe et l’un des plus dépendants des importations d’énergie. Près de la moitié des dépenses des ménages sont déjà consacrées aux factures d’électricité et de gaz. « Chaque frappe d’un missile russe contre l’Ukraine est un missile contre notre sécurité énergétique », explique au Monde Nicu Popescu, vice-premier ministre et chef de la diplomatie moldave, en marge du Forum de Paris sur la paix.

Il vous reste 50.56% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici