La famille de la journaliste « atterrée » par une enquête américaine sur l’origine du tir

0
35

L’Autorité palestinienne a dénoncé lundi une tentative de « cacher la vérité » sur la mort de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh, après une enquête américaine concluant qu’elle a « vraisemblablement » été victime d’un tir israélien mais sans se prononcer de façon définitive sur l’origine de la balle.

« Nous n’acceptons pas les tentatives de cacher la vérité et nous n’avons pas peur d’accuser Israël (…) qui porte la responsabilité de l’assassinat de Shireen Abu Akleh », a commenté sur Twitter un ténor de l’Autorité palestinienne, le ministre des Affaires civiles Hussein al-Sheikh.

Enquête américaine

Le département d’Etat américain a indiqué lundi, au terme d’une enquête balistique, que Shireen Abu Akleh avait été « vraisemblablement » la victime d’un tir depuis une position israélienne lorsqu’elle a été tuée le 11 mai en marge d’une opération de l’armée israélienne dans le camp de réfugiés palestiniens de Jénine, en Cisjordanie occupée.

Les experts américains n’ont « aucune raison » de croire qu’il s’agissait d’un tir intentionnel, a ajouté le département d’Etat. L’armée israélienne a de son côté affirmé avoir expertisé la balle et estimé qu’il n’était pas possible de déterminer de manière « définitive » l’origine du tir fatal.

La famille « atterrée »

La famille de la journaliste palestino-américaine Shireen Abu Akleh s’est dite « atterrée » par ces conclusions. « Nous sommes atterrés par l’annonce aujourd’hui du département d’Etat (…) selon lequel un examen de la balle qui a tué Shireen Abu Akleh, une citoyenne américaine, n’a pas permis de conclure sur l’origine de l’arme l’ayant tirée », a écrit la famille dans un communiqué partagé sur Twitter.

« L’attention portée par Israël à la balle (…) était une tentative d’orienter le récit en sa faveur », a ajouté la famille, rappelant que de nombreux rapports de l’ONU et journalistiques ont conclu ces dernières semaines que la reporter avait été tuée par un tir israélien. « Le fait que des enquêteurs américains, dont l’identité n’est pas révélée dans le communiqué, pensent que la balle ‘provient probablement de positions israéliennes’ n’est qu’une piètre consolation », a-t-elle encore estimé.

Le procureur palestinien Akram al-Khatib a quant à lui déclaré dans un communiqué que les conclusions de l’enquête américaine le « surprenaient » car Shireen Abu Akleh avait, selon son enquête à lui, été tuée de manière « délibérée » par un soldat israélien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici