La Chine table sur une croissance de 5 % en 2023 et augmente son budget de défense

0
13

La Chine a dévoilé, dimanche 5 mars, un objectif prudent de croissance pour 2023 mais un coup d’accélérateur dans ses dépenses de défense, à l’occasion de sa session parlementaire annuelle de neuf jours qui permettra à Xi Jinping de rester président cinq années de plus.

Le budget de la défense – le deuxième plus important au monde après celui des Etats-Unis – augmentera de 7,2 % cette année, à 1 553,7 milliards de yuans (221 milliards d’euros), sa plus forte hausse depuis 2019.

Face aux près de 3 000 députés de l’Assemblée nationale populaire (ANP) réunis au Palais de l’Assemblée du peuple à Pékin pour la deuxième journée, le premier ministre sortant, Li Keqiang, a assuré que « les tentatives d’endiguement venues de l’extérieur ne cess[ai]ent de s’intensifier ». Il a appelé à « intensifier » les entraînements de l’armée ainsi que « la préparation au combat », alors que les tensions sino-américaines, notamment autour de la question de Taïwan, s’accentuent.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Xi Jinping ne comprend pas le monde » : les confidences d’un intellectuel chinois

Après trois ans de ralentissement dû aux restrictions anti-Covid, « l’économie chinoise connaît une reprise solide », a par ailleurs souligné M. Li. L’objectif fixé pour 2023, « environ 5 % », est toutefois l’un des plus faibles depuis des décennies. En 2022, le produit intérieur brut chinois avait augmenté de seulement 3 %, sur fond de ralentissement économique mondial, d’épidémie de Covid-19, de confinements et d’une crise dans l’immobilier.

« Le développement économique de la Chine s’est heurté à de multiples facteurs inattendus, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger, comme l’épidémie », a reconnu dimanche Li Keqiang. Cependant, « sous la forte direction du comité central du Parti, nous avons efficacement coordonné la prévention et le contrôle des épidémies, et le développement économique et social », a-t-il ajouté.

La session parlementaire décidera la reconduction, pour cinq ans, de Xi Jinping à la tête de l’Etat en tant que président. Le dirigeant de 69 ans avait déjà été confirmé dans ses fonctions de chef du Parti en octobre 2022. Comme chaque année, peu de surprises sont attendues de cet événement soigneusement orchestré, lors duquel les milliers d’hommes et femmes politiques de différentes provinces se rendent à Pékin pour voter sans opposition ou presque des textes déjà préapprouvés par le Parti communiste chinois (PCC) au pouvoir. Les députés discuteront de plusieurs dossiers économiques et sociaux, allant du renforcement de l’éducation sexuelle dans les écoles à la relance de la natalité, en passant par le harcèlement en ligne.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Chine, la grave crise financière des collectivités locales

Xi Jinping a rencontré quelques écueils ces derniers mois, avec des manifestations fin novembre contre sa politique zéro Covid, puis une vague de morts consécutive à l’abandon de cette stratégie sanitaire décriée. Ces sujets sensibles ne seront probablement pas abordés lors de cette session parlementaire, où Li Qiang, un proche de Xi Jinping et ex-chef du PCC à Shanghaï, devrait être désigné comme le nouveau premier ministre.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici