Guterres et Erdogan rencontrent Zelensky ce jeudi à Lviv, Kharkiv bombardée

0
53

LE POINT SUR LA SITUATION Le Figaro fait le point sur les dernières informations issues de journalistes, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales et d’organisations internationales.

Presque six mois après son invasion par la Russie, le secrétaire général des Nations unies Antonio Guterres doit rencontrer ce jeudi les présidents ukrainien Volodymyr Zelensky et turc Recep Tayyip Erdogan à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine. Au menu des discussions, l’exportation de céréales, mais aussi les possibilités d’une solution politique au conflit.

En Crimée, base arrière logistique pour les forces russes, des attaques ciblées, notamment dans un dépôt militaire russe mardi, dans un premier temps considéré comme un accident, relèvent finalement d’une tentative ukrainienne de fragiliser les bases arrière russes. Plus à l’Est, les combats se poursuivent sans grandes avancées. La démotivation pointe chez les milices prorusses. Voici un point de la situation au 175e jour de la guerre à partir d’informations des journalistes de l’AFP sur place, de déclarations officielles ukrainiennes et russes, de sources occidentales, d’analystes et d’organisations internationales.

Rencontre entre Guterres, Zelensky et Erdogan à Lviv

Antonio Guterres, Volodymyr Zelensky et Recep Tayyip Erdogan doivent se retrouver à Lviv, dans l’ouest de l’Ukraine ce jeudi. Les trois hommes discuteront du récent accord sur l’exportation des céréales ukrainiennes, mais aussi «du besoin d’une solution politique à ce conflit», a précisé le porte-parole de l’ONU Stephane Dujarric. «Je n’ai aucun doute (sur le fait) que la question de la centrale nucléaire (de Zaporijjia) et d’autres seront également abordées».

Dans sa traditionnelle déclaration du soir, Volodymyr Zelensky a indiqué ce mercredi qu’Antonio Guterres était «déjà arrivé en Ukraine. Nous travaillerons ensemble pour parvenir aux résultats nécessaires pour l’Ukraine». Le secrétaire général doit également s’entretenir en bilatéral avec le président ukrainien. Il a ensuite prévu de se rendre vendredi à Odessa, un des trois ports utilisés dans le cadre de l’accord d’exportation de céréales, avant de se rendre en Turquie pour visiter le Centre de coordination conjointe (CCC) chargé de superviser cet accord.

La Crimée de nouveau attaquée

Mardi, l’armée russe a révélé qu’un dépôt militaire situé près de Djankoï, dans le nord de la Crimée, avait «été endommagé (…) à la suite d’un acte de sabotage», sans toutefois désigner de responsables. Sur une vidéo obtenue par l’AFP, on aperçoit plusieurs importants panaches de fumée, d’où jaillissent de nombreuses boules de feu, les munitions ayant pris feu, dans une intense pétarade. «Un certain nombre d’infrastructures civiles, parmi lesquelles une ligne à haute tension, une centrale électrique, une voie ferroviaire, ainsi que plusieurs maisons, ont également été endommagées», a raconté l’armée russe.

Andriï Iermak, le chef de l’administration présidentielle ukrainienne, a salué sur Telegram une «opération démilitarisation façon travail d’orfèvre par les forces armées ukrainiennes». D’après le ministère britannique de la Défense citant des médias russes, de la fumée a également été visible mardi au-dessus de Gvardeïskoïe, dont les installations et celles de Djankoï constituent les «deux des plus importants aéroports militaires russes en Crimée».

Ces explosions interviennent une semaine après qu’un autre aérodrome militaire russe avait été endommagé à Saki, en Crimée. Moscou avait alors mentionné un accident, quand experts et images satellites semblaient révéler le résultat d’une attaque ukrainienne. Au moins neuf avions avaient été détruits, selon l’analyste danois Oliver Alexander.

Peur nucléaire dans le Sud

L’Otan a réclamé mercredi une «inspection» urgente par l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) de la centrale nucléaire de Zaporijjia (sud), cible de plusieurs frappes dont les deux belligérants s’accusent mutuellement, faisant craindre une catastrophe nucléaire. «Il est urgent d’autoriser une inspection de l’AIEA», a jugé son secrétaire général Jens Stoltenberg, qui a également appelé au «retrait de toutes les forces russes» de la plus grande centrale nucléaire d’Europe, qu’elles contrôlent depuis début mars.

Mardi, l’opérateur public ukrainien des centrales nucléaires Energoatom avait dénoncé une cyberattaque russe «sans précédent» contre son site en ligne, précisant que son fonctionnement n’avait pas été perturbé. Le groupe russe «Cyberarmée populaire» avait utilisé 7,25 millions de robots internet qui ont pendant trois heures attaqué le site d’Energoatom, avait assuré la société ukrainienne, mais sans «impact considérable».

Valentyn Reznitchenko, le gouverneur de la région de Dnipro, a de son côté fait état mercredi de huit frappes russes sur Nikopol, qui fait face à la centrale de Zaporijjia, et de 40 autres à Tchervonogrygorivka. Aucune victime n’a selon lui été recensée.

Frappe russe sur Kharkiv

Au moins six personnes ont été tuées et 16 blessées mercredi dans un bombardement russe sur Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine, ont annoncé les autorités locales, le président Volodymyr Zelensky dénonçant une «attaque ignoble et cynique». «Il y a un puissant incendie sur les lieux de la frappe dans un immeuble d’habitation», a indiqué le maire de cette ville, Igor Terekhov. Volodymyr Zelensky a évoqué un immeuble d’habitation «totalement détruit» par la frappe.

Située à une quarantaine de kilomètres de la frontière russe dans le nord-est de l’Ukraine, Kharkiv est régulièrement pilonnée par l’armée russe depuis le début de l’invasion le 24 février, mais les troupes de Moscou n’ont jamais réussi à prendre la ville.

Une vidéo fait douter de la motivation des forces prorusses

Une partie de la milice prorusse de la «République» de Lougansk (LNR), qui compose le Donbass avec celle de Donetsk (DNR), refuse de se battre dans la DNR, estime l’ISW, se fondant sur une vidéo visible sur les réseaux sociaux ukrainiens. «Les soldats affirment avoir célébré la victoire le 3 juillet, lorsque les forces de la LNR ont atteint les frontières de Lougansk, et que leur travail est terminé», raconte le centre de recherches américain, qui, s’il dit ne pouvoir vérifier l’authenticité de la vidéo, assure que cela s’inscrit dans une «tendance plus large de diminution de l’investissement» des milices prorusses.

Une partie des troupes de la DNR s’étaient plaintes de manière similaire ces derniers mois quand elles avaient été réaffectées dans la région de Lougansk ou encore à Kherson (sud), relève l’ISW. Mercredi, le gouverneur pro-ukrainien de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a fait état de plusieurs bombardements russes ayant localement fait au moins deux morts et 13 blessés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici