Guerre en Ukraine : l’accord sur l’exportation de céréales reconduit pour quatre mois

0
8

Le spectre d’une possible crise alimentaire mondiale se dissipait, jeudi 17  novembre, après l’annonce de la reconduction, pour les quatre mois d’hiver, de l’accord permettant les exportations de céréales ukrainiennes depuis les ports d’Ukraine.

Lire aussi : Guerre en Ukraine en direct : la Russie tire une nouvelle vague de missiles, les villes d’Odessa et Dnipro frappées pour la première fois depuis des semaines

Trois des parties impliquées dans cet accord, la Turquie, l’Ukraine et les Nations unies, ont confirmé jeudi matin la poursuite de cette entente qui associe également la Russie, mais Moscou n’a pas confirmé à ce stade. L’initiative sur les céréales en mer Noire, qui expirait vendredi soir, a permis de sortir plus de onze millions de tonnes de céréales des ports ukrainiens en quatre mois.

Le secrétaire général de l’Organisation des nations unies (ONU), Antonio Guterres, a « salué » la nouvelle dans un communiqué transmis par le Centre de coordination conjointe (JCC) basé à Istanbul, qui supervise les mouvements de bateaux via le Bosphore.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Guerre en Ukraine : « Le sort de l’Afrique sur la question de la sécurité alimentaire ne se joue pas dans l’actuelle crise des importations de blé »

Stabiliser les marchés internationaux

Mercredi, Emmanuel Macron avait estimé que l’accord devait « impérativement être reconduit ». Le même jour, le président turc, Recep Tayyip Erdogan, l’un des artisans de cet accord, s’était dit « convaincu » qu’il le serait.

D’intenses tractations sous l’égide de l’ONU étaient menées ces dernières semaines pour assurer la prolongation de ces arrangements, alors que plus de dix millions de tonnes de céréales restent encore bloquées dans les silos d’Ukraine. Ces céréales sont indispensables pour stabiliser les cours sur les marchés internationaux et pour ravitailler les populations les plus vulnérables aux risques de faim, en particulier en Afrique.

Sur les onze millions de tonnes exportées à ce jour, environ 40 % ont été envoyés aux pays en développement. Dans son communiqué, M. Guterres précise que « l’ONU est pleinement engagée à lever les obstacles qui entravent les exportations de produits agricoles et engrais de la Fédération de Russie ». Moscou s’était temporairement désengagé de l’accord et avait exigé sa suspension le mois dernier, après la chute d’un missile en Crimée annexée, avant d’y revenir.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Tous les empires ont fait ce constat : la puissance n’est pas seulement une question d’armement, mais aussi de contrôle des céréales »

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici