Guerre en Ukraine, en direct : l’approvisionnement en eau rétabli à Kiev ; l’AIEA a commencé ses inspections sur demande de l’Ukraine

0
11

Image de couverture : Des voitures passent au crépuscule dans le centre-ville de Kiev (Ukraine), le lundi 31 octobre 2022, alors que les pannes de courant se multiplient dans toute l’Ukraine. Andrew Kravchenko / AP

  • « Aujourd’hui s’est produit un des bombardements les plus massifs de notre territoire par la Fédération de Russie », a déclaré lundi 31 octobre le conseiller de la présidence ukrainienne Oleksiy Arestovych. Il a toutefois affirmé que « la destruction n’[était] pas aussi critique qu’elle aurait pu l’être » grâce aux systèmes de défense aérienne.
  • A Kiev, où au moins cinq explosions ont été entendues lundi par des journalistes de l’AFP, « 80 % des consommateurs de la capitale » ont été privés d’eau, a affirmé le maire Vitali Klitscho, précisant que « 350 000 foyers étaient sans électricité ».
  • Selon le premier ministre, Denys Chmyhal, « des missiles et des drones ont touché dix régions, endommageant dix-huit installations, la plupart liées [au système] énergétique ». « Des centaines de localités » se trouvent sans électricité « dans sept régions » ukrainiennes, a-t-il ajouté.
  • Lundi, le Kremlin a prévenu qu’il serait « dangereux » et « difficile » de continuer à mettre en œuvre l’accord sur les céréales ukrainiennes sans Moscou. L’armée russe a exigé des « engagements » de l’Ukraine de ne pas utiliser le couloir destiné aux exportations de céréales à des fins militaires. Une demande qui « ressemble soit à une punition collective, soit une extorsion collective », selon le porte-parole du département d’Etat américain Ned Price.
  • Deux cargos chargés de céréales ont toutefois quitté lundi les ports ukrainiens et emprunté le corridor maritime humanitaire à destination de la Turquie. Douze navires devaient quitter dans la journée les ports ukrainiens et quatre autres se diriger vers eux, a précisé le Centre de coordination conjointe, chargé de superviser l’accord sur les exportations de céréales ukrainiennes via la mer Noire.
  • L’Agence internationale de l’énergie atomique a annoncé avoir commencé ses inspections en Ukraine« la vérification des activités de deux sites » –, demandées par cette dernière après que le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, l’a accusée d’effacer les preuves de préparation d’une « bombe sale ». Dans la soirée de lundi, le chancelier allemand, Olaf Scholz, a à son tour rejeté les accusations de la Russie sur ce sujet.
  • L’AIEA a d’autre part annoncé que l’alimentation principale en électricité d’un des réacteurs de la centrale nucléaire de Zaporojia, occupée par les forces russes, avait été coupée à la suite de l’explosion d’une mine.

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Témoignages. Le journal d’Olga et Sasha : « La Russie signifie la peur, la mort, la terreur pour tant de peuples dans le monde aujourd’hui »

Tribune. « La France doit agir comme le meilleur allié de l’Ukraine »

Décryptages. En se retirant de l’accord céréalier, Moscou mise sur une aggravation de la crise alimentaire mondiale

Entretien. Amory Lovins, scientifique : « Vladimir Poutine vient de faire exploser l’ère des énergies fossiles »

Reportage. Comment l’économie russe résiste au choc des sanctions

Entretien. Agathe Demarais « Les sanctions économiques contre la Russie marchent, mais à long terme seulement »

Décryptages. Contre les sanctions, les Russes se glissent dans les interstices du commerce mondial de la Turquie à l’Iran

Factuel. Les réponses du « Monde » à vos questions les plus fréquentes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici