Guerre en Ukraine en direct : la Finlande soupçonne « un acteur gouvernemental » d’être derrière les fuites de Nord Stream, la Suède ouvre une enquête pour « sabotage aggravé »

0
38

Les Européens face à la menace d’une guerre hybride, selon le « New York Times »

Les Européens n’ont pas encore identifié les causes des explosions qui ont frappé les gazoducs, mais plusieurs dirigeants estiment qu’il est peu probable qu’il s’agisse d’un accident, rappelle le New York Times. Le quotidien rappelle que depuis des années « les experts militaires mettent en garde contre le danger que représente la guerre dite hybride », c’est-à-dire celle où sont sapées les fonctions démocratiques, où la vie normale est perturbée et qui sème le chaos et l’incertitude. « Ces fuites rappellent à quel point des systèmes vitaux peuvent être exposés aux attaques extérieures », écrit aussi le quotidien, qui note que, « selon les dirigeants danois et polonais, il n’y a pas de coïncidence » : ces explosions ont été découvertes alors qu’était inauguré Baltic Pipe, un nouveau gazoduc reliant la Norvège à la Pologne et passant à travers le Danemark.

Lire aussi : La guerre hybride, la guerre avant la guerre

« Cet épisode sonne la fin définitive des projets Nord Stream, qui a renforcé la dépendance de l’Europe à l’égard du gaz russe », note pour sa part le Washington Post. « Personne, du côté européen, ne pense qu’il s’agit d’autre chose que d’un sabotage russe », déclare un responsable européen cité par le quotidien : seule « la Russie avait la motivation, l’équipement et la capacité » de le faire. Certains y voient un message adressé à l’OTAN, sur les capacités des Russes, d’autres une menace pour les infrastructures énergétiques non russes, ou pour les réseaux de câbles de données Internet essentiels se trouvant au fond des océans.

Tobias Federico, directeur général de la société de conseil Energy Brainpool, interrogé par le Wall Street Journal, affirme : « Cet incident fait craindre que toutes les infrastructures critiques en Europe, des oléoducs et gazoducs de la mer du Nord aux câbles électriques reliant l’Europe continentale, la Scandinavie et le Royaume-Uni, en passant par les câbles Internet, ne soient menacées. C’est la preuve d’une capacité de nuisance assez puissante. »

Lire aussi : « L’Europe est en passe de perdre la guerre des câbles sous-marins »

CNN s’intéresse de son côté à l’information du Spiegel : « Au cours de l’été, les Etats-Unis ont averti plusieurs alliés européens, dont l’Allemagne, que les pipelines Nord Stream 1 et 2 pourraient être menacés, voire attaqués. » Ces avertissements étaient fondés sur des évaluations effectuées par les services de renseignement américains, mais ils étaient vagues et n’indiquaient pas clairement qui pourrait être derrière une attaque ni quand elle pourrait avoir lieu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici