Guerre en Ukraine, en direct : Kiev dénonce le « cynisme » de Vladimir Poutine à Marioupol

0
14

Image de couverture : Sur cette photo tirée d’une vidéo publiée par Russian TV Pool le dimanche 19 mars 2023, le président russe, Vladimir Poutine, écoute des habitants installés dans leur nouvel appartement, à l’occasion de sa visite à Marioupol, dans la région de Donetsk occupée par la Russie, en Ukraine. AP

  • Comme un défi au mandat d’arrêt international qui a été délivré vendredi 17 mars contre lui par la Cour pénale internationale, Vladimir Poutine s’est rendu à Marioupol, ont rapporté dimanche les médias russes, dont l’agence TASS. Il aurait voyagé en hélicoptère au départ de la Crimée, où il a fait une visite surprise pour le neuvième anniversaire de l’occupation de ce territoire ukrainien par la Russie. Le port de Marioupol, situé sur la mer d’Azov, dans le sud-est de l’Ukraine, est occupé par les forces russes depuis mai 2022.
  • Recep Tayyip Erdogan et l’ONU ont annoncé samedi l’extension de l’accord sur les céréales ukrainiennes. Selon Kiev, il s’agit d’une extension de cent vingt jours, mais Moscou dit n’avoir accepté que soixante jours.
  • Deux civils ont été tués et dix autres, blessés par des frappes russes avec « des armes à sous-munitions », samedi après-midi, à Kramatorsk, dans l’est de l’Ukraine, a affirmé Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk. « Plus d’une centaine de pays interdisent l’utilisation d’armes à sous-munitions, mais la Russie continue d’utiliser ces armes qui relâchent de nombreuses bombes plus petites et blessent aveuglément les civils », a dénoncé M. Kyrylenko.
  • La ministre des affaires étrangères française, Catherine Colonna, a réaffirmé dimanche, dans une interview au Journal du dimanche, qu’« il n’y a[vait] pas de tabou » au sujet d’une éventuelle livraison d’avions de chasse à l’Ukraine. La cheffe de la diplomatie française était interviewée au lendemain l’annonce des livraisons de treize chasseurs Mig-29 par la Slovaquie et de quatre autres par la Pologne.
  • La délivrance par la Cour pénale internationale (CPI) d’un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine pour crime de guerre en Ukraine est une décision « extrêmement importante », a aussi estimé la ministre française des affaires étrangères. « Désormais, aucun maillon de la chaîne ne peut penser qu’il échappera à la justice et cela devrait en conduire beaucoup à réfléchir, poursuit-elle. C’est donc une décision qui peut changer le cours des événements. »
  • Manifestations à Moscou devant les ambassades des pays « inamicaux ». Des militants pro-Kremlin ont protesté samedi devant les ambassades de vingt pays considérés par la Russie comme « inamicaux », à l’occasion du neuvième anniversaire de l’annexion de la Crimée.
  • Le Kremlin veut élargir la conscription, selon le ministère de la défense britannique. D’après le point de situation quotidien du ministère de la défense britannique, la Russie va probablement élargir la conscription pour augmenter ses effectifs militaires. Un texte de loi viserait à modifier l’âge de la conscription, possible aujourd’hui entre 18 et 27 ans, pour la rendre applicable entre 21 et 30 ans.
  • Seize drones russes ont attaqué l’est de l’Ukraine dans la nuit de vendredi à samedi, a déclaré au petit matin l’état-major de l’armée de l’air ukrainienne sur Telegram, ajoutant que onze de ces appareils avaient été abattus « dans les régions du Centre, de l’Ouest et de l’Est ».
  • Des roquettes russes ont frappé une zone résidentielle à Zaporijia sans faire de victimes, selon Anatolii Kurtiev, membre du conseil municipal.

Retrouvez notre direct d’hier en cliquant sur ce lien.

Lire tous nos articles, analyses et reportages sur la guerre en Ukraine

Factuel. La Turquie et l’ONU annoncent l’extension de l’accord sur les céréales ukrainiennes

Chronique. A Vinnytsia, une naissance dans la guerre

Factuel. L’Ukraine salue la décision « historique » de la Cour pénale internationale, la Russie la juge négligeable

Décryptages. Pourquoi la CPI a émis un mandat d’arrêt contre Vladimir Poutine

Factuel. L’enlèvement d’enfants ukrainiens par la Russie est un « crime de guerre », selon une commission d’enquête de l’ONU

Factuel. Vladimir Poutine sous le coup d’un mandat d’arrêt de la Cour pénale internationale

Factuel. Les réponses du « Monde » à vos questions les plus fréquentes

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici