En Ukraine, Volodymyr Zelensky affiche sa bataille contre la corruption pour rassurer la population et les Occidentaux

0
16

Des scandales de corruption retentissants déclenchent des limogeages et démissions en chaîne en Ukraine. En moins de quarante-huit heures, le bureau du président Volodymyr Zelensky a annoncé l’éviction de quatre vice-ministres et de cinq gouverneurs de région. Parmi eux figurent le directeur de cabinet adjoint de la présidence, Kyrylo Timoshenko, le vice-ministre de la défense, Viatcheslav Chapovalov, et le procureur général adjoint Oleksii Simonenko. Les gouverneurs des régions de Dnipropetrovsk, Zaporijia, Kiev, Soumy et Kherson, en première ligne face aux troupes russes, ont également été écartés du pouvoir.

Ces départs en cascade surviennent après la révélation, coup sur coup, de deux affaires de malversations financières. Le vice-ministre des infrastructures, Vasyl Lozinsky, est accusé d’avoir empoché 400 000 dollars (368 000 euros) de pot-de-vin sur des contrats d’achat de générateurs. Il a été démis de ses fonctions dimanche 22 janvier. Le vice-ministre de la défense a, quant à lui, démissionné après une enquête de la presse ukrainienne accusant le ministère de la défense d’avoir payé des produits alimentaires, destinés à l’armée, « deux ou trois fois plus cher » que le prix du marché. L’escroquerie atteindrait 303 millions d’euros.

De son côté, Kyrylo Timoshenko n’a pas donné de raison à son départ. Il s’était attiré des critiques après avoir utilisé à des fins personnelles un SUV offert par les Etats-Unis pour évacuer des victimes dans les zones de combat. Il a ensuite publiquement renoncé à cette voiture et l’a envoyée au front pour les besoins humanitaires.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Des affaires de corruption ébranlent le gouvernement de Volodymyr Zelensky en Ukraine

« La justice pour tous »

« Les décisions de Zelensky témoignent des priorités clés de l’Etat. (…) Le président voit et entend la société. Et il répond directement à une demande prioritaire de l’opinion publique : la justice pour tous », a commenté sur Twitter Mykhaïlo Podoliak, conseiller du président.

Malgré l’immense popularité dont bénéficie M. Zelensky, avec un soutien supérieur à 80 %, son administration n’échappe pas aux critiques liées au fléau de la corruption, endémique en Ukraine. Or la lutte contre les malversations financières est une condition essentielle pour que le pays puisse continuer à bénéficier de l’aide économique de ses alliés. Soucieux d’afficher une volonté sans faille en la matière, le président décide donc de faire place nette, et le clame haut et fort afin que le message soit entendu tant à l’intérieur du pays, où les accusations de corruption hérissent une population déjà éprouvée par la guerre, qu’à l’extérieur, à destination des partenaires internationaux, dont le soutien financier, militaire et politique est crucial face à la Russie.

Il vous reste 60.51% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici