En Italie, le président dissout le Parlement après la démission de Mario Draghi, provoquant des élections anticipées

0
49

Le président italien, Sergio Mattarella, a annoncé jeudi 21 juillet la dissolution du Sénat et de la Chambre des députés, ce qui provoque automatiquement la tenue d’élections anticipées dès cet automne. « La situation politique a conduit à cette décision », a déclaré le président lors d’une allocution télévisée, en référence à la démission du premier ministre, Mario Draghi, après la défection mercredi de trois partis importants de sa coalition lors d’un vote de confiance au Sénat.

« La discussion, le vote et les modalités dans lesquelles ce vote a été exprimé hier au Sénat » ont démontré l’absence de « soutien parlementaire au gouvernement et l’absence de perspectives pour donner naissance à une nouvelle majorité », a-t-il expliqué. « Cette condition a rendu inévitable la dissolution anticipée du Parlement », qui « est toujours la dernière option », a-t-il ajouté.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés En Italie, le gouvernement de Mario Draghi a cessé d’exister

Après sa démission refusée par le président la semaine dernière, le premier ministre italien s’était dit prêt à rester en poste si sa coalition parvenait à se ressouder. Mais Forza Italia, la Ligue et le Mouvement 5 étoiles ont annoncé mercredi leur non-participation au vote de confiance, des défections qui ont logiquement conduit à la démission de M. Draghi.

La coalition entre Forza Italia, Fratelli d’Italia et la Ligue favorite

Les médias italiens avancent plusieurs dates possibles pour ces élections : le 18 ou le 25 septembre, ou encore le 2 octobre. L’archi-favori du scrutin à venir est la coalition dite « de centre droit », qui réunit Forza Italia, le parti de droite de Silvio Berlusconi, et l’extrême droite représentée par la Ligue, du tribun populiste antimigrants Matteo Salvini, et Fratelli d’Italia.

Ce dernier, parti post-fasciste présidé par Giorgia Meloni, est donné en tête dans les intentions de vote, à près de 24 %, devant le Parti démocrate (22 %) et la Ligue (14 %), selon un sondage de l’institut SWG réalisé le 18 juillet. Forza Italia recueillerait 7,4 % des voix et le Mouvement 5 Etoiles (M5S) 11,2 %.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Les marchés craignent un retour du risque italien

« Un grand homme d’Etat italien »

Jeudi, Emmanuel Macron a salué l’engagement « sans faille » de Mario Draghi. C’est « un grand homme d’Etat italien », « un partenaire de confiance » et « un ami de la France », a-t-il affirmé dans un communiqué, estimant que le « travail » effectué par M. Draghi « constitue une base très solide, sur laquelle l’Italie pourra s’appuyer dans les mois et années à venir ».

« Au cours de la présidence française » de l’UE au premier semestre 2022, « l’Italie de Mario Draghi aura été un soutien indéfectible pour apporter des réponses européennes à nos défis communs, notamment face à l’agression de l’Ukraine par la Russie », a encore souligné le chef de l’Etat français.

Lire aussi : La fin de l’ère de Mario Draghi en Italie, un choc pour toute l’Europe

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici