En Grèce, près de cinq cents migrants en cours de sauvetage, ont annoncé les gardes-côtes

0
10

Une opération de sauvetage était en cours mardi 22 novembre au large de l’île grecque de Crète après qu’un bateau transportant jusqu’à 500 migrants avait envoyé un signal de détresse dans la nuit de lundi à mardi, ont annoncé les gardes-côtes grecs. « Nous pouvons voir l’embarcation. Elle va à la dérive. il y a un grand nombre de gens à bord », a décrit un porte-parole des gardes-côtes à l’Agence France-Presse (AFP), précisant qu’il s’agirait de 400 à 500 personnes, selon l’appel de détresse reçu par les autorités.

L’opération était rendue difficile en raison des vents importants qui soufflent sur cette zone située au sud-ouest de la Crète, la plus grande île de Grèce.

Deux cargos, un pétrolier et deux bateaux de pêche italiens, se trouvaient à proximité pour prêter assistance, ont rapporté les gardes-côtes.

Une route plus longue et plus périlleuse

En raison du renforcement des patrouilles en mer Egée des gardes-côtes grecs et de l’agence européenne de surveillance des frontières (Frontex), les passeurs de migrants empruntent désormais une route plus longue et plus périlleuse, au sud de la Crète, pour entrer dans l’Union européenne.

Mais les drames humains se multiplient en raison des risques pris par les migrants, qui montent à bord d’embarcations de fortune sur une mer houleuse, voire déchaînée, en automne et en hiver.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Mort de 27 migrants dans la Manche : les enquêteurs évoquent la « non-assistance à personne en danger »

Le 11 octobre, deux naufrages au large des îles de Lesbos et de Cythère avaient causé la mort d’au moins trente personnes.

Selon des données de l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), 299 personnes ont péri ou sont portées disparues en Méditerranée orientale depuis le début de 2022, contre 111 au total l’année dernière.

La Grèce, l’Italie et l’Espagne comptent parmi les principaux pays d’arrivée pour les migrants venus d’Afrique et du Proche-Orient désireux de gagner l’Union européenne.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Dans la Manche, les secours face à la prise de risque accrue des migrants : « Nos bateaux ne sont pas adaptés aux sauvetages de masse »

Le Monde

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici