En Australie, des inondations contraignent des habitants à se réfugier sur les toits

0
10

Après qu’une crue soudaine a submergé une ville de l’est de l’Australie, cent personnes réfugiées sur les toits lundi 14 novembre ont dû être secourures.

Des pluies torrentielles se sont abattues pendant le week-end sur une grande partie de l’Etat oriental de Nouvelle-Galles du Sud et ont fait monter les eaux pendant la nuit, isolant certaines villes et communautés.

Dans la ville d’Eugowra, qui compte environ 800 habitants, à 350 kilomètres à l’ouest de Sydney, de nombreux habitants se sont réfugiés sur les toits pour se mettre à l’abri. Les chaînes de télévision locales ont montré la ville transformée en lac trouble et boueux, seulement parsemé de toits et d’arbres au-dessus de l’eau.

« Nous avons eu 140 sauvetages liés aux inondations dans la seule ville d’Eugowra. Plus de 100 d’entre eux étaient des sauvetages depuis un toit », a déclaré la ministre des services d’urgence de Nouvelle-Galles du Sud, Stephanie Cooke.

Les personnes bloquées ont été mises en sécurité par bateau et par hélicoptère, a-t-elle précisé, jugeant la situation « très grave, pas seulement à Eugowra, mais dans de nombreux endroits ».

173 opérations de secours

Les services d’urgence de l’Etat ont annoncé que 173 opérations de secours avaient été effectuées depuis lundi matin. La Nouvelle-Zélande a envoyé douze personnes lundi pour aider l’Australie à lutter contre les inondations, a déclaré Mme Cooke, et les services d’urgence de la Nouvelle-Galles du Sud sont également en contact avec les autorités américaines et singapouriennes pour obtenir une aide supplémentaire.

Plus de 150 000 éclairs ont touché Terre en vingt-quatre heures dans cet Etat, selon le bureau de météorologie. La ville de Forbes, située à l’ouest d’Eugowra, a reçu 118 mm de pluie en vingt-quatre heures, soit la plus forte précipitation journalière depuis vingt-huit ans, explique la même source.

La côte est de l’Australie a été balayée à plusieurs reprises par de fortes précipitations au cours des deux dernières années, sous l’effet des cycles consécutifs du phénomène météorologique La Niña.

En mars, des inondations catastrophiques sur la côte est ont causé la mort de plus de 20 personnes. Des dizaines de milliers d’habitants de Sydney ont reçu l’ordre d’évacuer en juillet, lorsque des inondations ont de nouveau frappé la périphérie de la ville.

Les scientifiques estiment que le changement climatique pourrait rendre les périodes d’inondation plus extrêmes, car l’air plus chaud retient davantage d’humidité.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici