Elizabeth II, une reine fatiguée aux commandes d’une monarchie chahutée

0
91

ANALYSE – Au-delà de la santé d’Elizabeth II, l’adaptation de la monarchie à l’époque reste le grand défi.

Correspondant à Londres

L’image est forte, elle semble concrétiser la passation de relais entre la mère et le fils, entre la souveraine et l’héritier. Sous les ors de la Chambre des lords, le 10 mai dernier, c’est le prince Charles qui a prononcé pour la première fois le traditionnel discours du Trône à la place de la reine. En soixante-dix ans de règne, Elizabeth II n’avait raté cette présentation du programme du gouvernement que deux fois, lorsqu’elle était enceinte des princes Andrew et Edward, respectivement en 1959 et 1963. Cette fois-ci, ce sont des «problèmes de mobilité» qui l’ont fait renoncer.

Comme le cérémonial le pose, Charles est entré dans la salle derrière la couronne dont il est l’héritier, placée sur son coussin de velours pourpre. Entouré de son épouse, Camilla, et de son fils William – deuxième dans l’ordre de succession -, il s’est assis sur le trône du consort, autrefois utilisé par son père, le prince Philip. À sa droite, l’emplacement habituellement réservé à la souveraine…

Cet article est réservé aux abonnés. Il vous reste 88% à découvrir.

La liberté n’a pas de frontière, comme votre curiosité.

Continuez à lire votre article pour 0,99€ le premier mois

Déjà abonné ?
Connectez-vous

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici