Deux pilotes d’Ethiopian Airlines suspendus pour s’être endormis en vol

0
34
Capture écran Twitter flightaware

Capture écran Twitter flightaware

Après s’être réveillés, les deux pilotes ont été contraint de faire demi-tour pour effectuer l’atterrisage à l’aéroport d’arrivée.

INTERNATIONAL – Une sieste qui aurait pu avoir de très lourdes conséquences. Lors d’un vol ralliant la capitale du Soudan, Khartoum, à celle de l’Éthiopie, Addis-Abeba, lundi 15 août, les deux hommes en charge de piloter l’appareil se sont endormis.

Selon les informations de The Aviation Herald et du New Zealand Herald, ce Boeing 737-800 d’Ethiopian Airlines effectuait un vol de routine, avant que le service de contrôle de la circulation aérienne ne puisse plus communiquer avec l’équipage, au moment où l’avion devait logiquement entamer sa descente vers l’aéroport d’Addis-Abeba. Endormis, les deux hommes ont été remplacés au pied levé par le système de pilotage automatique à plus de 11 000 mètres d’altitudes.

Après avoir dépassé la piste d’atterrissage, c’est un signal sonore signifiant la fin du pilotage automatique qui aurait alors réveillé les deux hommes. Après 25 minutes de manœuvres pour effectuer une nouvelle descente vers l’aéroport d’arrivée, l’avion d’Ethiopian Airlines est finalement arrivé sans encombre.

Les deux pilotes suspendus

En réaction à ce manquement des deux pilotes de la plus grosse compagnie aérienne d’Afrique, l’Ethiopian Airlines a décidé de suspendre les deux hommes, en attendant de connaître les résultats de l’enquête sur cet incident.

« Nous avons reçu un rapport indiquant que le vol éthiopien numéro ET343 en route de Khartoum vers Addis-Abeba a temporairement perdu la communication avec le contrôle de la circulation aérienne d’Addis-Abeba le 15 août 2022. Le vol a ensuite atterri en toute sécurité après le rétablissement de la communication. L’équipage concerné a été retiré de l’exploitation en attendant une enquête plus approfondie. Des mesures correctives appropriées seront prises en fonction des résultats de l’enquête », peut-on lire sur le site de la compagnie.

Comme l’a mentionné sur Twitter Alex Macheras, spécialiste de l’aéronautique, « la fatigue des pilotes n’est pas nouvelle et continue de poser l’une des menaces les plus importantes à la sécurité aérienne, à l’échelle internationale ».

Il rappelle au passage que des pilotes d’une compagnie low cost britannique (Jet2) avaient publiquement protesté contre leur compagnie pour avoir « refusé de reconnaître les préoccupations concernant la fatigue des pilotes » quelques semaines plus tôt.

À voir également sur Le HuffPost : Héritier du Concorde ? Cet avion supersonic pourrait bientôt le devenir

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici