Des vidéos attestent d’un tir à balle réelle sur un réfugié, à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie

0
39

Le soleil est presque couché, ce lundi 3 octobre, à la frontière entre la Bulgarie et la Turquie. Du côté turc, une vingtaine de Syriens. A quelques dizaines de mètres de là, en Bulgarie, des membres des forces de sécurité bulgares, dont des gardes-frontières. Plusieurs coups de feu retentissent, suivis d’un tir isolé. Touché au bras et au torse, Abdoullah, l’un des jeunes Syriens, s’effondre.

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/MEDIA2LOGO/MEDIA2LOGO.mp4
https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/ThumbThomas/ThumbDEFV02.jpg



Le Monde, Lighthouse Reports

false
false
true

false
false
false

L’analyse de plusieurs vidéos, dont celle du coup de feu, permet d’affirmer que le tir provient de l’emplacement où se trouvaient les forces de sécurité bulgares à ce moment-là. Une enquête du Monde, avec le collectif Lighthouse Reports, The Times, Sky News, ARD Studio Wien, Domani, RFE/RL’s Bulgarian Service et SRF.

Un énième refoulement

Il est 8 heures, d’après le récit d’Abdoullah, quand la scène est filmée. Quelques heures plus tôt, lui et une vingtaine d’autres Syriens ont réussi à traverser illégalement la frontière vers la Bulgarie. Leur objectif : rester en Europe, demander l’asile, comme près de 11 000 personnes l’ont fait en Bulgarie en 2021.

Pour Abdoullah, c’est une énième tentative. Originaire d’Idlib, il a fui la guerre civile syrienne pour se réfugier en Turquie. De là, il a tenté plusieurs fois le voyage vers l’Union européenne. A chaque fois, ces essais se sont soldés par des échecs.

Après six heures passées à marcher dans la zone frontalière, son groupe se fait finalement arrêter par « deux policiers bulgares en uniforme militaire ». Trois véhicules de police les ramènent à la frontière turque, matérialisée par une barrière en métal. Selon Abdoullah, tout le monde est reconduit du côté turc par une porte située le long de la frontière. Ce refoulement, avant même que les personnes aient le temps de déposer une demande d’asile formelle, est illégal. Les autorités bulgares ont été condamnées par la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH), en juillet 2021, pour ce type de pratique.

Face-à-face des deux côtés de la frontière

Désormais du côté turc, le groupe de Syriens continue de protester verbalement contre les forces de sécurité bulgares et commence à leur jeter des pierres. Le ton monte : « Ils ont appelé des renforts, affirme Abdoullah. Deux officiers sont arrivés, du côté bulgare, dans un véhicule militaire. »

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/JetPierreLHR/MEDIA5LOGO.mp4
https://assets-decodeurs.lemonde.fr/redacweb/thumbMEDIA5LOGO/ThumbMEDIA5LOGO.jpg



Le Monde, Lighthouse Reports

false
false
true

false
false
false

false

Voir la vidéo

Sur l’une des vidéos, au moins deux véhicules sont bien visibles du côté bulgare. L’un d’entre eux est un Land Rover Discovery, dont la police aux frontières bulgare a reçu plusieurs dizaines de modèles en mars 2019. L’autre est un véhicule militaire, que nous n’avons pas été en mesure d’authentifier plus précisément.

Il vous reste 54.99% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici