Des chaleurs extrêmes font suffoquer l’Espagne, la France, la Grèce, le Portugal, et bientôt le Royaume-Uni

0
53

Des milliers de pompiers continuaient vendredi 14 juillet leur lutte contre les flammes en France, en Grèce et dans la péninsule ibérique, où les températures restent suffocantes. Plus au nord, le Royaume-Uni se prépare à vivre ce week-end une chaleur « extrême ».

Dans le sud-ouest de la France, où deux incendies ont brûlé plus de 7 000 hectares depuis mardi, notamment près de la très touristique dune du Pilat, sur la côte Atlantique, la situation « est toujours défavorable », a annoncé la préfecture du département de la Gironde. Ces feux, qui mobilisent un millier de pompiers, ont entraîné depuis mardi l’évacuation de 10 000 personnes. Déclenché jeudi après-midi par le passage d’un train, un autre incendie a ravagé au moins 300 hectares près d’Avignon, dans le Sud-Est, avant d’être fixé.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La Gironde confrontée à des feux de forêt violents et à une forte chaleur

45 °C enregistré dans la péninsule ibérique

Dans la péninsule Ibérique, confrontée depuis plusieurs jours à des températures suffocantes, le thermomètre a atteint pour le deuxième jour consécutif des valeurs extrêmes, avec un pic de 45 °C enregistré à 17 heures près d’Avila, dans le centre-ouest de l’Espagne, non loin de Madrid.

Les Madrilènes se rafraîchissent dans une plage urbaine au parc Madrid Rio dans la capitale espagnole, le mercredi 13 juillet 2022. L’Espagne devrait connaître sa deuxième vague de chaleur en moins d’un mois, selon les météorologues.

Dans la région espagnole d’Estrémadure, frontalière du Portugal et où des milliers d’hectares ont brûlé depuis le début de la semaine, un autre feu « à l’évolution défavorable » s’est déclaré jeudi après-midi et menaçait le Parc national de Monfragüe, une zone naturelle protégée pour sa biodiversité. En Espagne, l’incendie le plus inquiétant a déjà dévasté au moins 4 000 hectares dans une zone montagneuse à cheval sur les régions d’Estrémadure et de Castille-et-Léon. Un autre feu de forêt préoccupait les autorités à Mijas, à quelques dizaines de kilomètres à peine de Malaga, en Andalousie (sud), où 2 300 personnes des localités alentour ont été délogées, ont dit les services de secours.

Le pic de cette vague de chaleur semble avoir été franchi en Espagne, mais celle-là ne laisse aucun répit aux habitants qui devront attendre le début de la semaine prochaine pour connaître des températures un peu plus clémentes. A 7 heures du matin, il faisait déjà 37,2 degrés dans la province de Badajoz (sud-ouest), dans la communauté autonome d’Estrémadure, et des maximales de 44 degrés sont attendues dans le pays.

Au Portugal, dont le centre est ravagé depuis une semaine par des incendies attisés par la chaleur caniculaire, plus de 2 000 pompiers étaient toujours mobilisés pour lutter notamment contre quatre foyers toujours actifs à travers le pays. Selon le dernier bilan de la protection civile portugaise, 860 personnes ont été évacuées et une soixantaine de maisons détruites ou endommagées. Selon la même source, ces incendies ont fait un mort et une soixantaine de blessés.

La silhouette d’un pompier debout dans la forêt pendant un incendie de forêt à Casais do Vento, à Alvaiazere, dans le centre du Portugal, le 10 juillet. Des incendies font rage dans le centre et le nord du pays frappé par une vague de chaleur.

En une semaine, les feux ont ravagé environ 13 500 hectares, d’après les données disponibles sur le site du système européen d’information sur les incendies de forêt (Effis). Si la situation s’est quelque peu améliorée, les autorités ont appelé à la plus grande prudence. Le mercure a atteint jeudi 47 degrés dans le nord, un record pour un mois de juillet dans le pays. Les maximales devraient baisser vendredi à 41 degrés.

Depuis le début de l’année 2022, un peu plus de 30 000 hectares sont partis en fumée au Portugal, le chiffre le plus élevé au 15 juillet depuis 2017, une année marquée par des feux de forêt meurtriers ayant fait une centaine de morts.

Incendies en Grèce, Italie et Croatie

Des dizaines de petits et moyens feux de forêt se sont déclenchés ces dernières semaines en Grèce à la suite de forts vents et de températures de plus de 30 degrés. La bataille contre les flammes a fait deux morts mercredi lorsqu’un hélicoptère s’est écrasé en mer alors qu’il tentait d’éteindre un feu de forêt dans l’île de Samos, ont annoncé jeudi les garde-côtes.

Un feu de forêt a fait rage sur le flanc d’une montagne sur l’île de Samos, en Grèce, le 13 juillet 2022.

Selon la télévision publique ERT, l’accident est survenu au moment où l’hélicoptère était en train de se ravitailler en eau de mer pour combattre un incendie de forêt près du village de Paleochori, dans le sud-ouest de l’île de Samos, en mer Egée, qui s’était déclenché mercredi vers 14 heures. La Grèce est presque tous les étés la proie de feux de forêt souvent violents. Plusieurs incendies de moindre importance se sont déclarés en Italie ou en Croatie, selon le système européen Copernicus.

L’intense vague de chaleur devrait toucher dans les jours à venir d’autres parties d’Europe occidentale ou centrale, comme le Royaume-Uni, où l’agence météo (Met Office) attend des températures supérieures à 35 degrés à partir de dimanche.

Première alerte rouge chaleur extrême émise au Royaume-Uni

Le service météorologique britannique a émis vendredi pour la première fois une alerte rouge « chaleur extrême » pour lundi et mardi en Angleterre en prévision de températures qui pourraient dépasser des records voire le seuil des 40 °C. « Des températures exceptionnelles, peut-être record, sont probables en début de semaine prochaine », a déclaré dans un communiqué Paul Gundersen, chef météorologiste au Met Office britannique.

Dans ce contexte, le maire de Londres, Sadiq Khan, a décrété un plan d’urgence « températures extrêmes » pour venir en aide aux sans-abri, y compris en leur distribuant de l’eau et de la crème solaire, tandis que la fédération de syndicats TUC a appelé à interdire de travailler si la température intérieure dépasse les 30 degrés.

Le record de chaleur jamais enregistré au Royaume-Uni s’élève à 38,7 °C, relevé au jardin botanique de Cambridge (est de l’Angleterre) le 25 juillet 2019. Des nuits « exceptionnellement chaudes » sont également attendues, particulièrement dans les zones urbaines.

Le service de santé publique NHS a mis en garde contre un « bond » des hospitalisations liées à la chaleur tandis que les compagnies de trains n’ont pas exclu des annulations inopinées en raison des températures. En Irlande, le mercure pourrait monter jusqu’à 32 degrés lundi, soit juste en dessous du record absolu de 33,3 degrés datant de 1887.

Le Monde avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici